NOUVELLES
11/06/2016 00:33 EDT | Actualisé 11/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Pologne/Lewandowski: le "Bomber" aura-t-il les épaules?

Devenu l'un des meilleurs N.9 du monde, Robert Lewandowski pourra-t-il répondre aux attentes placées en lui pendant cet Euro? Enorme avec le champion d'Allemagne, le Munichois a été bombardé principal argument de la Pologne pour espérer un beau parcours, dès dimanche face à l'Irlande du Nord.

Il n'avait jamais autant marqué. Cette saison, il a inscrit 42 buts en 51 matches avec le Bayern Munich de Pep Guardiola, dont 30 en Bundesliga. C'est la deuxième fois que l'avant-centre de 27 ans termine meilleur buteur du championnat d'Allemagne, après 2014, alors qu'il officiait avec le Borussia Dortmund.

Mais Lewandowski a depuis franchi un cap, deux ans après n'avoir inscrit "que" 20 buts. Tueur devant le but, en pleine confiance, il a notamment inscrit un extraordinaire quintuplé en 9 minutes contre Wolfsburg (5-1) en septembre 2015, exploit qui lui a permis d'entrer au Guiness Book des records.

Même en sélection, le Munichois formé à Varsovie et auteur de 34 buts en 76 sélections, s'est montré déterminant. Lors des éliminatoires, il a inscrit 13 buts, qualifiant presque à lui tout seul sa sélection. Et en a profité pour égaler le record de buts à ce stade de la compétition, détenu par David Healy lors des qualifications pour l'Euro-2008 avec l'Irlande du Nord.

De quoi être plein d'optimisme au moment de débuter la phase de groupes de l'Euro, dimanche à Nice face à l'Irlande du Nord. Mais n'est-il pas un peu seul? Bien sûr, il peut compter sur le buteur de l'Ajax Amsterdam, l'espoir Arkadiusz Milik pour l'épauler devant, sur le Rennais Kamil Grosicki pour l'abreuver en ballons ou encore sur le récent champion d'Europe avec Séville, Grzegorz Krychowiak.

- "Le meilleur buteur du monde" -

Reste à savoir si ce sera suffisant pour s'extraire d'un groupe C compliqué, avec, outre la rugueuse Irlande du Nord, l'Ukraine (match à Marseille le 21 juin), et surtout l'Allemagne (match classé à risques au Stade de France, le 16 juin).

Le grand rival allemand se souvient encore de la claque infligée début octobre 2014 par la Pologne, qui avait gagné pour la première fois de son histoire face à la Mannschaft 2 à 0 quelques mois à peine après que cette dernière eut été sacrée championne du monde.

Un crime de lèse-majesté puni au match retour avec une victoire allemande 3-1, mais qui a donné a posteriori quelques motifs d'espoir aux supporteurs de la Pologne, qui rêvent de voir leur équipe enfin franchir le cap du premier tour d'une compétition internationale, ce qui ne lui est plus arrivé depuis le Mondial-86 et l'époque de Zbigniew Boniek.

Ce dernier, bombardé depuis président de la fédération de Pologne, a confié à son ancien compère du milieu de terrain Adam Nawalka la responsabilité de la sélection après l'échec de son prédécesseur, Waldemar Fornalik, à se qualifier pour la Coupe du Monde.

Nawalka, qui se plait a répéter sur tous les tons que "Robert est le meilleur buteur du monde" et qu'il ne l'échangerait "contre aucun autre joueur du monde, même Messi ou Ronaldo", devrait en tout cas donner comme principale consigne à ses joueurs d'abreuver le 'Bomber' polonais en ballons. A charge pour lui de ne pas gâcher les offrandes.

cda/agu