NOUVELLES
11/06/2016 07:47 EDT | Actualisé 12/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - L'élimination face à la Turquie en 2008, un "mauvais souvenir" admet Srna

L'élimination de la Croatie en quarts de finale de l'Euro-2008 face à la Turquie reste "un mauvais souvenir" pour le capitaine croate Darijo Srna, qui refuse toutefois de parler de "revanche" avant de retrouver les Turcs dimanche, leur premier adversaire dans cet Euro-2016.

Dans un quart de finale au scénario fou, les Croates avaient ouvert le score à la 119e minute de la prolongation, avant de se faire rejoindre dans la foulée (120e) puis s'écrouler aux tirs aux buts (1-1, 3-1 t.a.b).

Q: Ce premier match face à la Turquie est-il l'occasion de prendre votre revanche du quart de finale perdu de l'Euro-2008 ?

R: "Non je ne préfère pas parler de revanche. C'était dur à encaisser, surtout pour nos supporteurs. Mais la Turquie nous a montré qu'il fallait se battre jusqu'à la dernière seconde. Il va falloir lutter sur tous les ballons. (Sur le match de dimanche) On ressent un peu de pression pour ce premier match. Nous sommes bien concentrés pour jouer face à une bonne équipe. C'est vrai, nous avons un mauvais souvenir face à eux. Mais nous croyons en notre équipe et notre staff et nous allons prendre les matches les uns après les autres."

Q: L'Espagne constitue-t-elle le favori de ce groupe D selon vous ?

R: "Je pense que oui, l'Espagne est favorite. Nous sommes peut-être favoris pour la deuxième place. Mais (vendredi) on a vu que la Roumanie était proche de gagner (contre la France), il faut faire attention. Nous allons rencontrer une grande équipe, forte physiquement."

Q: Avec des joueurs comme Luka Modric (Real Madrid) ou Ivan Rakitic (Barcelone), pensez-vous pouvoir aller loin dans cet Euro ?

R: "L'Euro est un grand tournoi, et comme dans chaque tournoi il y a des favoris. Je pense que nous avons une très belle équipe, l'une des plus belles générations de notre histoire, mais nous n'avons rien accompli pour l'instant. Si nous sommes concentrés nous pouvons aller loin. Nous allons prendre les choses étapes par étapes, et on verra où tout ceci peut nous amener".

Propos recueillis en conférence de presse.

yk/cto