NOUVELLES
11/06/2016 08:35 EDT | Actualisé 12/06/2017 01:12 EDT

Afghanistan : le gouvernement salue le renforcement de l'engagement américain

Le gouvernement afghan, en difficulté face aux talibans, a salué samedi le renforcement de l'engagement des Etats-Unis contre les rebelles islamistes qui devrait lui permettre d'accroître ses capacités opérationnelles dans la "guerre contre le terrorisme".

Le président Barack Obama a autorisé cette semaine les forces américaines en Afghanistan à s'attaquer plus directement aux talibans qui menacent le gouvernement de Kaboul.

Déjà aux côtés des forces spéciales afghanes sur le théâtre des hostilités, ces militaires pourront désormais soutenir l'armée régulière qui paye un lourd tribut à la lutte contre les insurgés. Il s'agira d'"un appui aérien et (...) (d')accompagner et (de) conseiller les forces conventionnelles afghanes au sol et dans les airs", a expliqué un responsable américain.

"Nous saluons l'annonce des Etats-Unis sur l'accroissement de leur implication dans la guerre contre le terrorisme en Afghanistan car nous avons toujours besoin de leur soutien", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère afghan de la Défense le général Daulat Waziri.

"Nous n'avons pas forcément besoin de plus d'hommes au sol mais leurs conseillers sont nécessaires, ainsi que leur aide pour équiper nos forces aériennes", a-t-il ajouté.

"Leur implication va augmenter nos capacités opérationnelles. Nous saluons cette annonce et nous espérons que la guerre contre le terrorisme prendra fin au plus vite".

Pour le général Waziri , "la guerre en Afghanistan n'est pas un conflit civil, mais une guerre livrée au terrorisme. Les pays qui ont promis de la livrer devraient rester ici bien sûr, et les Etats-Unis sont l'un d'eux", fait-il valoir.

"Notre partenariat stratégique avec les Etats-Unis est la base des relations entre nos deux pays. Nous avons des intérêts communs et toute mesure qui pourra être prise par notre partenaire pour lutter contre le terrorisme sera la bienvenue", a renchéri le porte-parole adjoint de la présidence, Sayed Zafar Hashimi.

A l'inverse, les talibans ont condamné dans un communiqué la décision américaine, estimant qu'elle ne fera que prolonger le conflit et se disant déterminés à poursuivre l'insurrection qu'ils ont déclenchée il y a une quinzaine d'années.

- Ne "pas voir l'Afghanistan échouer" -

Pour un analyste militaire, le général Wahid Taqat, contacté par l'AFP, cette décision des Etats-Unis, qu'il salue, correspond également à l'agenda électoral de la Maison Blanche : "L'élection (présidentielle) américaine est en vue. Montrer quelques succès remportés en Afghanistan sera bon pour les Démocrates", juge-t-il, le président Obama venant d'annoncer son soutien actif à la candidature d'Hillary Clinton, son ancienne secrétaire d'Etat.

"Il ne veut pas voir l'Afghanistan échouer. En faisant récemment abattre le chef des talibans, il a déjà pu faire valoir une victoire" sur le terrain, ajoute le général.

Cependant, une source à la Maison Blanche a rapidement précisé que ce coup de main militaire, réclamé par les forces américaines, "ne voulait pas dire un chèque en blanc pour viser les talibans".

Malgré la présence en Afghanistan pendant plus de 14 ans de dizaines de milliers de soldats de l'Otan et les dizaines de milliards dépensés en aide militaire et civile, les talibans chassés de Kaboul en 2001 par une coalition internationale regagnent du terrain.

Face à cette situation, Barack Obama a décidé de freiner le retrait des troupes américaines. Un contingent de 9.800 hommes doit demeurer dans ce pays pendant la plus grande partie de 2016, puis passer à 5.500 hommes en janvier 2017.

Depuis le retrait des forces de l'Otan en 2014 les attaques des talibans ont redoublé d'intensité. Plus de 5.000 membres des forces de sécurité afghanes ont été tués en 2015. Les Nations unies ont par ailleurs annoncé un bilan record de plus de 11.000 victimes civiles, dont 3.550 morts.

emh-ach/bds