NOUVELLES
08/06/2016 12:42 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Wall Street monte encore un peu, aidée par le dollar et le pétrole

Wall Street a monté mercredi, bénéficiant de la hausse des cours du pétrole et du dollar faible, une semaine avant une réunion de la Réserve fédérale dont elle n'attend aucune mesure concrète: le Dow Jones a gagné 0,37% et le Nasdaq 0,26%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a progressé de 66,77 points à 18.005,05 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 12,89 points à 4.974,64 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 a gagné 6,99 points, soit 0,33%, à 2.119,12 points.

"Le dollar fait preuve d'un peu de faiblesse et cela semble avoir un effet relativement stimulant", a déclaré Alan Skrainka, chez Cornerstone Wealth Management, au moment où le S&P 500 se rapproche de jour en jour de son record atteint en mai 2015.

Le dollar a en effet décroché vendredi après de très mauvais chiffres sur l'emploi aux Etats-Unis en mai, ce qui a conduit la plupart des investisseurs à exclure l'hypothèse d'une hausse des taux d'intérêt la semaine prochaine, qui aurait pu revaloriser le billet vert.

M. Skrainka soulignait que les secteurs très sensibles au niveau du dollar, comme les matières premières et l'industrie exportatrice, étaient particulièrement favorisés mercredi.

Par ailleurs, la nouvelle hausse des prix du pétrole, au plus haut depuis l'été 2015, a également bénéficié aux secteurs liés à l'énergie.

Pour autant la hausse des indices boursiers restait prudente, et certains analystes mettaient en garde contre la possibilité qu'un plafond soit atteint.

"Nous allons probablement entrer dans une phase de consolidation, vu qu'on est en hausse alors même que la Banque mondiale a revu en baisse ses attentes pour la croissance économique mondiale", a ainsi déclaré Peter Cardillo, chez First Standard Financial.

La Banque mondiale a expliqué mardi soir que l'activité "anémique" dans les pays riches et l'affaiblissement des économies émergentes devrait limiter à 2,4% la progression du Produit intérieur brut mondial cette année, au lieu des 2,9% qu'elle attendait en janvier.

En revanche les investisseurs qui s'étaient inquiétés des chiffres sur l'emploi de mai ont pu être un peu rassurés avec de nouveaux chiffres sur les offres d'emplois pour avril.

"Les offres d'emplois sont maintenant à un niveau record, même si les embauches ont ralenti", a souligné l'économiste Joel Naroff, estimant que "les entreprises n'arrivent pas à trouver les employés qu'elles recherchent". Selon lui, "les entreprises vont devoir soit commencer à payer plus, soit trouver le moyen d'augmenter la productivité".

Le marché obligataire était en hausse. Vers 20H20 GMT le rendement des bons du Trésor à 10 ans s'affichait à 1,704%, contre 1,709% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,509%, contre 2,534% précédemment.

chr/jdy/faa