NOUVELLES
08/06/2016 08:43 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Venezuela: le Parlement européen demande la libération des "prisonniers politiques"

Le Parlement européen a demandé mercredi au gouvernement du Venezuela la libération de "tous les prisonniers politiques" et le respect de la Constitution, dans une résolution adoptée à une large majorité.

Cette résolution non contraignante, proposée conjointement par le PPE (conservateurs), les socialistes et les libéraux de l'ALDE, a été adoptée par 501 voix pour, 94 contre et 73 abstentions.

Les eurodéputés pressent "le gouvernement du Venezuela de libérer immédiatement tous les prisonniers politiques", selon le texte, qui rappelle qu'il s'agit d'une "condition" posée par l'opposition pour commencer des négociations.

"Plus de 2.000 personnes (sont) emprisonnées, en détention domiciliaire ou condamnées en sursis pour des raisons politiques", selon les eurodéputés.

La résolution demande aussi "au gouvernement et aux autorités publiques du Venezuela de respecter la Constitution", notamment concernant le processus lancé par l'opposition pour destituer le président Nicolas Maduro, élu jusqu'en 2019.

Le Venezuela est au bord de l'implosion, déchiré par la guerre politique entre le Parlement, contrôlé par l'opposition, et le gouvernement socialiste pro-Maduro, dans un climat d'exaspération populaire lié à l'effondrement économique de ce pays pétrolier.

Les autorités électorales vénézuéliennes ont validé la majorité des 1,8 million de signatures présentées par l'opposition en faveur d'un référendum pour révoquer le président socialiste.

Nicolas Maduro a lui estimé qu'un référendum révocatoire était "invalide" et qu'il ne pouvait être "une base de dialogue".

"La solution à la crise passe par un dialogue à tous les nivaux du gouvernement, l'opposition démocratique et la société", selon la résolution du Parlement européen adoptée mercredi à Strasbourg.

La chef de la diplomatie européenne Mogherini a fait savoir mercredi qu'elle s'était entretenue avec l'ancien chef de gouvernement espagnol, Jose Luis Rodriguez Zapatero, à la tête d'une médiation internationale pour essayer de lancer un dialogue entre le gouvernement et l'opposition.

"Nous sommes convenus que le processus de dialogue offre une opportunité précieuse pour trouver une solution pacifique" à la crise, a-t-elle dit, selon un communiqué.

pa/cds/agr/ib