NOUVELLES
08/06/2016 09:42 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Shell cède des permis d'exploration en Arctique pour une aire marine protégée

Shell Canada cède gratuitement de controversés permis d'exploration dans l'Arctique afin de permettre la création d'une troisième aire marine protégée au Canada.

Les 30 permis de prospection, qui étaient déjà contestés en Cour fédérale, seront donc cédés à l'organisme Conservation de la nature Canada, qui les remettra ensuite au gouvernement fédéral.

Les aires marines protégées sont entièrement fermées à toute activité extractive, y compris aux activités pétrolières, gazières et de pêche.

Les permis de Shell couvrent une superficie de 8600 kilomètres carrés au nord de l'île de Baffin, à l'entrée est du passage du Nord-Ouest. Ils comprennent aussi les eaux du détroit de Lancaster, une zone particulièrement riche de la baie de Baffin, qui héberge des bélugas, des narvals, des phoques, des morses et plusieurs autres espèces arctiques.

Les Inuits, qui dépendent de ce secteur pour leur chasse de subsistance, réclament depuis le milieu des années 1980 la création d'une aire marine protégée. Mais le projet était dans l'impasse à cause de litiges sur les limites territoriales de cette zone. Ottawa avait dessiné une aire protégée plus réduite, qui ne prenait pas en compte les secteurs visés par les permis d'exploration de Shell. Les Inuits et les écologistes, eux, réclamaient une aire beaucoup plus grande, qui incluait ces secteurs.

En avril dernier, le Fonds mondial pour la nature soutenait même, dans des documents déposés en Cour fédérale, que les permis de Shell n'existaient tout simplement pas. Dans sa poursuite, l'organisme plaidait que ces permis, achetés au milieu des années 1970, n'avaient jamais été renouvelés depuis et étaient donc expirés — une thèse d'ailleurs appuyée par certains juristes.

Le président de Shell Canada, Michael Crothers, assure aujourd'hui que la cession des permis d'exploration n'a rien à voir avec la contestation judiciaire. «Nous avons amorcé les discussions avec le gouvernement et (Conservation de la nature Canada) il y a des mois maintenant. Nous ne croyons pas que la voie à suivre soit celle des tribunaux», a-t-il dit.

Dans les procès-verbaux de rencontres entre Ottawa et Shell tenues en 2014, l'entreprise ne semblait pas disposée à céder ses permis sans compensation — ou avant de procéder à au moins quelques prospections sismiques. M. Crothers soutient aujourd'hui que Shell a depuis changé sa façon de voir les choses, et compte maintenant contribuer à la conservation de cet écosystème «d'une importance toute particulière». Le président soutient que Shell ne recevra aucune compensation pour ce don.

John Lounds, président de Conservation de la nature Canada, se réjouit de la décision de Shell, qui permettra d'éviter les longs délais judiciaires et d'aller de l'avant avec le projet d'aire marine protégée.

Le président du Fonds mondial pour la nature, David Miller, a en effet laissé entendre que la contestation judiciaire devrait maintenant être retirée. Le gouvernement fédéral poursuivra ses consultations avec les Inuits sur la nouvelle délimitation, a indiqué M. Miller, qui entrevoit «une annonce dans un avenir relativement proche».

La décision de Shell a été annoncée alors que l'on soulignait, mercredi, la Journée mondiale de l'océan, et une semaine après le dépôt d'un rapport nord-américain plutôt accablant pour le Canada en matière d'aires marines protégées.

Le Canada, les États-Unis et le Mexique se sont tous engagés à protéger d'ici 2020 au moins 10 pour cent de leurs aires marines. Or, le rapport de la Société pour la nature et les parcs du Canada et du Marine Conservation Institute américain conclut que 0,11 pour cent de ces aires marines ont fait l'objet de mesures de protection au Canada — soit 91 fois moins que la cible de 10 pour cent. Le Canada a protégé 0,08 pour cent de ses aires marines dans l'Atlantique et 0,03 pour cent dans l'Arctique, selon le rapport.

En protégeant l'aire marine du détroit de Lancaster, le Canada doublerait ses aires océaniques protégées.