NOUVELLES
08/06/2016 10:09 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

RDC: libération du garde du corps américain de l'opposant Katumbi

Les autorités de Kinshasa ont libéré mercredi après un mois et demi de détention un Américain employé pour assurer la sécurité de l'opposant congolais Moïse Katumbi, candidat à une présidentielle incertaine et poursuivi par la justice, a constaté un journaliste de l'AFP.

Darryl Lewis, ancien soldat américain, a quitté le siège du parquet général de la République à Kinshasa en début d'après-midi en présence de l'ambassadeur des États-Unis en République démocratique du Congo.

Il devait quitter le pays dans la soirée.

M. Lewis avait été arrêté le 24 avril à Lubumbashi (sud-est de la RDC) au lendemain d'une manifestation d'opposition avec trois autres proches de M. Katumbi.

Le 4 mai, le gouvernement congolais avait annoncé l'ouverture d'une enquête visant M. Katumbi sur des soupçons de "recrutement de mercenaires étrangers" et accusé M. Lewis d'appartenir à un "réseau" d'infiltration d'agents armés en RDC.

L'ambassade des États-Unis à Kinshasa avait réfuté publiquement les allégations visant M. Lewis. M. Katumbi, pour sa part avait qualifié de "mensonges grotesques" les accusations portées à son encontre.

Selon l'entourage de M. Katumbi, l'Américain avait été recruté en tant que "consultant" pour assurer la sécurité de l'opposant, qui disait craindre pour sa sécurité.

Passé dans l'opposition en septembre en même temps qu'il démissionnait de ses fonctions de gouverneur du Katanga, M. Katumbi, a quitté la RDC le 20 mai au lendemain de l'annonce officielle de l'ouverture prochaine de son procès pour atteinte à la sûreté de l'État.

Âgé de 45 ans, le chef de l'État congolais, Joseph Kabila, est au pouvoir depuis 2001. Son mandat s'achève le 19 décembre et la Constitution lui interdit de se représenter.

Alors qu'il semble un peu plus certain chaque jour que la présidentielle ne sera pas organisée avant décembre, la Cour constitutionnelle a rendu en mai un arrêt autorisant M. Kabila à rester en fonctions au-delà du terme de son mandat.

bmb/mj/de