NOUVELLES
08/06/2016 12:30 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Présidentielle au Pérou : pourquoi le décompte est-il si lent ?

Les Péruviens ont voté à la présidentielle dimanche, mais trois jours plus tard ils n'avaient toujours pas de président : urnes devant traverser l'Amazonie en bateau et bulletins litigieux expliquent en partie la lenteur du décompte.

Avec 99,8% des bulletins dépouillés mercredi, Pedro Pablo Kuczynski, le candidat de centre-droit de 77 ans, obtenait 50,12% des votes, contre 49,88% pour sa rivale de droite de 41 ans, Keiko Fujimori, fille de l'ancien président Alberto Fujimori, actuellement emprisonné pour crime contre l'humanité.

- Des provinces reculées -

Un petit pourcentage des votes est acheminé depuis les provinces les plus reculées et difficilement accessibles du Pérou, pays à la géographie accidentée.

Ainsi, il manque encore les bulletins du Vraem, la vallée de la forêt centrale du Pérou où sévissent les narcotrafiquants et qui sert de refuge aux derniers membres de la guérilla communiste du Sentier lumineux, que le père de Keiko Fujimori a combattus dans les années 1990. Les urnes feront une partie du voyage jusqu'à Lima en bateau, entourées de fortes mesures de sécurité.

Certains votes de l'étranger manquent également à l'appel. Mercredi, ils étaient remis en personnes aux autorités électorales par les consuls des pays respectifs.

- 100% des bulletins dépouillés et après? -

Lorsque les autorités électorales auront dépouillé 100% des bulletins, entre mercredi et jeudi, il n'y aura probablement pas de vainqueur certain, environ 1% des bulletins ayant fait l'objet de recours qui devront être examinés par un tribunal électoral.

Les autorités électorales péruviennes (ONPE) tiennent à jour deux décomptes différents : les procès-verbaux de bureaux de votes déjà "traités", c'est à dire parvenus dans leurs bureaux (actuellement à 99,8%), et les procès-verbaux "comptabilisés" (actuellement à 98,9%), en excluant les formulaires litigieux pour cause de contestation ou de non-conformité (ratures, erreur de calcul, etc).

Le délai d'examen de ce 1% de votes litigieux n'est pas fixé par la loi. Il est attendu en fin de semaine.

- Comment connaître le vainqueur? -

Trois jours après le second tour, seule une poignée de voix - quelque 42.000, sur un pays de 31 millions d'habitants - séparait les deux candidats.

Selon les analystes, cet écart devrait se maintenir. Comme ce 1% litigieux représente 200.000 bulletins environ, Keiko Fujimori pourrait mathématiquement combler son retard. Mais elle devrait pour cela remporter 70% de ces votes, ce qui serait un miracle pour les experts.

"Le Pérou peut-il battre l'Allemagne 7-3 au football? Même si c'est possible mathématiquement, cela n'arrivera pas, non", a déclaré Farid Matuk, ancien responsable de l'Institut de statistiques du Pérou.

Le vainqueur définitif de l'élection sera connu lorsque le total des procès-verbaux "comptabilisés" atteindra les 100%. Tous les bulletins contestés auront alors été examinés.

Autre issue plus rapide : si l'un des deux candidats reconnaît sa défaite.

mav/nn/yow/tup/ka/fjb