NOUVELLES
08/06/2016 08:20 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Polémique en Argentine : le ministre de l'Energie actionnaire de Shell

L'opposition en Argentine dénonce un conflit d'intérêts après avoir découvert que le ministre de l'Energie est également actionnaire de la compagnie pétrolière Shell, dont il a dirigé la filiale dans le pays sud-américain.

Dans le quotidien La Nacion, des porte-parole du ministre Juan José Aranguren estimaient toutefois mercredi qu'il n'y a "pas d'incompatibilité" entre la fonction et la détention du paquet d'actions, estimé à un million d'euros.

Shell est un acteur important en Argentine dans le raffinage et la distribution de carburants.

Un procureur, Carlos Stornelli, a ouvert une enquête à la suite d'une plainte déposée par deux députés du Front pour la victoire (FPV, gauche) de l'ex-présidente Cristina Kirchner (2007-2015).

Les parlementaires Martin Doñate et Rodolfo Tailhade ont porté plainte vendredi dernier contre le ministre, estimant qu'il y a un conflit d'intérêts entre "la mission d'un fonctionnaire (dans le secteur de l'Energie) et la condition d'actionnaire de Shell".

Dans sa déclaration de patrimoine, le ministre de l'Energie et des Mines a déclaré un patrimoine de 80 millions de pesos (5 millions d'euros), dont 16 millions en actions de la société Shell, et des comptes aux Etats-Unis et aux Pays-Bas.

Juan José Aranguren a dirigé la filiale argentine du groupe anglo-néerlandais de 2003 à décembre 2015, quand il a été appelé au gouvernement par le président de centre-droit Mauricio Macri, qui a pris ses fonctions en décembre. Il était entré dans cette entreprise en 1979.

ap/ka/jl

ROYAL DUTCH SHELL PLC