NOUVELLES
08/06/2016 06:41 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

L'Erythrée, l'un des pays les plus fermés au monde

L'Erythrée, où selon une commission de l'ONU des "crimes contre l'humanité" ont été commis depuis 1991, année de sa victoire dans la guerre d'indépendance avec l'Ethiopie, est dirigée depuis lors d'une main de fer par le président Issaias Afeworki, et est considérée comme l'un des Etats les plus fermés de la planète.

- UN POUVOIR AUTORITAIRE -

Ancien chef rebelle et héros de l'indépendance après 30 ans de guerre contre l'Ethiopie, le président Issaias Afeworki dirige le pays sans partage depuis l'indépendance de fait en 1991. Le Front populaire pour la démocratie et la justice (FPDJ) est le seul parti autorisé. Aucune élection n'a été organisée depuis l'indépendance et toute opposition y est brutalement réprimée.

- DES "CRIMES CONTRE L'HUMANITE" DEPUIS 1991, SELON L'ONU -

Mercredi, une Commission mise en place par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, a indiqué avoir "de bonnes raisons de croire que des crimes contre l'humanité, tels que l'esclavage, l'emprisonnement, la disparition forcée, la torture et d'autres actes inhumains, comme la persécution, le viol et le meurtre, ont été commis en Erythrée depuis 1991".

Cette Commission a dénoncé un "service national illimité", dont "300.000 à 400.000" personnes sont des "esclaves" de fait. Elle s'est indignée des "détentions arbitraires", des "discriminations basées sur la religion ou l'ethnie", des "violences sexuelles" et des "meurtres". Elle a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU de porter le dossier érythréen devant la Cour pénale internationale (CPI).

L'obligation de servir indéfiniment dans l'armée est un des motifs pour lesquels les Érythréens fuient par milliers ce petit pays de la Corne de l'Afrique comptant 6,5 millions d'habitants. En 2015, plus de 47.000 Érythréens ont demandé l'asile en Europe.

En juin (2015), dans un premier rapport, cette même Commission avait déjà accusé les autorités érythréennes de "violations systématiques et à grande échelle des droits de l'Homme" et de faire un usage "généralisé" de la torture.

- MEDIAS INDEPENDANTS INTERDITS -

La presse indépendante est interdite depuis 2001 et tous les organes de presse sont contrôlés par l'Etat. Le pays est classé depuis huit ans à la dernière place (180e) du classement mondial de la liberté de la presse établi par l'organisation Reporters sans frontières (RSF).

- UNE LONGUE GUERRE D'INDEPENDANCE -

Colonie italienne de 1889 à 1941, le territoire passe sous administration britannique jusqu'en 1952, après la défaite italienne en Afrique orientale. En 1962, l'empereur éthiopien Haïlé Sélassié annexe l'Erythrée, alors "entité autonome" fédérée à l'Ethiopie.

En mai 1991, après 30 ans de guerre contre le pouvoir éthiopien, les forces du Front populaire de libération de l'Erythrée (FPLE), qui ont grandement participé au renversement du régime de Mengistu Haïlé Mariam à Addis Abeba, s'emparent d'Asmara et installent un gouvernement dirigé par Afeworki.

Le 24 mai 1993, l'Erythrée proclame officiellement son indépendance. Situé le long de la mer Rouge, ce petit pays (121.000 km2) prive ainsi l'Ethiopie de son unique façade maritime.

- TENSIONS AVEC L'ETHIOPIE -

De 1998 à 2000, une guerre frontalière oppose l'Erythrée à l'Ethiopie: 80.000 soldats trouvent la mort dans ce conflit. Malgré un accord de paix, les tensions sont persistantes entre les deux voisins et la frontière n'est toujours pas délimitée.

- UN PAYS TRES PAUVRE -

Avec un revenu annuel moyen de 490 dollars par habitant en 2013 (Banque mondiale), l'Erythrée est l'un des pays les plus pauvres du monde et les revenus de la diaspora constituent une aide cruciale. L'agriculture, peu productive, occupe environ 80% de la population. Selon le rapport annuel de l'ONG Transparency International, l'Erythrée est aussi l'un des pays les plus corrompus de la planète.

bc/cyb/ndy/lp