NOUVELLES
08/06/2016 03:39 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Irak: Paris inquiet de la situation des civils à Fallouja

La France est "préoccupée" par la situation des populations civiles à Fallouja, prises au piège des combats entre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) et l'armée irakienne qui a lancé une offensive pour reprendre cette ville à 50 km à l'ouest de Bagdad.

"La France est préoccupée par la situation des populations civiles à Fallouja, victimes du siège et otages de facto de Daech (acronyme arabe de l'EI) qui cible délibérément les civils fuyant la ville", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay Romain Nadal.

"Nous condamnons toutes les violations des droits de l'Homme et appelons toutes les parties au plein respect du droit international humanitaire", a ajouté le porte-parole, interrogé sur d'éventuelles exactions des milices chiites qui participent à la campagne militaire pour reprendre Fallouja.

Fallouja, première ville irakienne à tomber aux mains de l'EI en janvier 2014, est visée par une offensive de l'armée irakienne depuis le 23 mai.

Des dizaines de milliers de civils restent bloqués dans le centre-ville, où l'EI les utiliserait comme des boucliers humains, selon des témoignages d'habitants ayant réussi à fuir.

La progression des troupes irakiennes est ralentie par le grand nombre d'engins piégés disséminés par les jihadistes et la présence des civils, selon le commandement irakien. Les milices chiites ont joué un rôle essentiel dans la première phase de l'offensive, en périphérie de Fallouja.

Plusieurs responsables politiques sunnites de la province d'Al-Anbar (où est située Fallouja) ont accusé les milices chiites de mauvais traitements et tortures à l'encontre de civils sunnites durant l'opération.

cf/hba/ros