NOUVELLES
08/06/2016 03:31 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Hillary Clinton sera la candidate démocrate à l'élection présidentielle

NEW YORK — Hillary Clinton a remporté mardi les élections primaires en Californie et au New Jersey, ce qui confirme qu'elle représentera le Parti démocratique face à Donald Trump lors de l'élection présidentielle de novembre.

Mme Clinton a triomphé dans quatre des six États qui faisaient leur choix mardi. Elle devient donc la première femme à représenter l'un des principaux partis lors d'une course à la présidence.

Son rival Bernie Sanders l'a emporté au Montana et au Dakota du Nord. Il a toutefois promis de continuer à lutter jusqu'au bout, quand le District of Columbia votera mardi prochain.

Déjà assurée d'une majorité d'appuis — en additionnant les délégués élus et les superdélégués —, selon un décompte de l'Associated Press, Mme Clinton peut enfin compter sur une majorité de délégués élus, ce qui lui procure déjà une légitimité à titre de candidate présidentielle.

M. Sanders doit rentrer au Vermont mercredi et certains médias américains rapportent qu'il remerciera la moitié de son équipe. Il se rendra à Washington jeudi pour rencontrer le président Barack Obama. Il devrait également discuter avec Mme Clinton au cours des prochains jours.

M. Obama a communiqué avec les deux candidats mardi soir pour les féliciter pour leurs campagnes.

«Nous avons atteint un jalon historique. Pour la première fois de l'histoire de notre pays, une femme sera la candidate d'un des principaux partis, a lancé Mme Clinton à ses nombreux partisans rassemblés à Brooklyn. Mais cette victoire n'est pas celle d'une seule personne. Cette victoire appartient à toutes les générations qui ont lutté pour la rendre possible.»

Mme Clinton a lancé un appel du pied aux électeurs républicains et indépendants en déclarant que «Donald Trump n'avait pas le tempérament pour devenir président (parce qu'il) veut construire des murs entre les Américains». Elle a aussi accusé le candidat républicain de vouloir «attiser les peurs et mettre du sel dans les blessures (de la nation) tout en nous rappelant combien extraordinaire il est».

Après avoir invité les électeurs de tous les horizons à se joindre à son organisation ou de contribuer à sa campagne, elle a déclaré que «nous devons nous assurer que les futures générations seront fières de nous».

Un appel

Le principal adversaire de Mme Clinton dans la course présidentielle à venir, le candidat républicain Donald Trump a profité de la soirée pour attaquer la crédibilité de l'ancienne secrétaire d'État.

Arrivé sur l'estrade au son de la chanson «We Are the Champions», du groupe britannique Queen, le politicien populiste a lancé une invitation sans aucune subtilité. «Aux partisans de Bernie Sanders, nous allons vous accueillir les bras ouverts, a-t-il lancé. Personne d'autre que moi ne peut s'occuper des traités commerciaux qui nous ont tant nui.»

Lisant son discours d'un téléprompteur, M. Trump a accusé Bill et Hillary Clinton d'avoir «transformé l'enrichissement personnel en un art». Il a aussi affirmé que Mme Clinton avait vendu son pays aux intérêts russes, chinois ou arabes en retour de dons à la fondation politique des Clinton.

Le candidat républicain a aussi annoncé qu'il prononcera un important discours anti-Clinton, lundi.

Même s'il demeure le seul en lice parmi les républicains, un pourcentage important d'électeurs du parti ont voté contre lui. Ainsi, 20,2 pour cent des électeurs du Nouveau-Mexique ont voté pour des candidats qui ont déjà annoncé leur abandon. Cette opposition atteint 18 pour cent en Californie, 19,3 pour cent au New Jersey et même 33 pour cent au Dakota du Sud.