NOUVELLES
08/06/2016 03:53 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

GB: l'auteur d'une attaque dans le métro reconnu coupable de tentative de meurtre

Un homme accusé d'avoir blessé deux personnes au couteau dans le métro londonien en décembre a été reconnu coupable mercredi de tentative de décapitation inspirée de l'attaque mortelle perpétrée contre le soldat Lee Rigby.

Un jury du tribunal londonien de l'Old Bailey a reconnu coupable de tentative de meurtre, Muhaydin Mire, âgé de 30 ans et né en Somalie. Le 5 décembre, il avait blessé deux personnes, dont une grièvement, à l'entrée de la station de métro de Leytonstone, dans l'est de Londres, deux jours après les premières frappes aériennes britanniques visant le groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

L'accusé, qui souffrait selon sa famille de troubles psychologiques, a été maintenu en détention provisoire à l'hôpital psychiatrique de haute sécurité de Broadmoor (centre de l'Angleterre) jusqu'au prononcé de sa peine prévu le 27 juillet.

"C'est pour mes frères syriens. Je vais faire couler votre sang", a dit Muhaydin Mire au moment de l'agression, qualifiée de terroriste par les autorités, avait indiqué le procureur Jonathan Rees pendant son procès.

Le téléphone portable de l'accusé contenait un document sur les frappes de la coalition internationale en Syrie et en Irak, ainsi que des images du soldat Lee Rigby et d'otages de l'EI prises avant leur décapitation, a également expliqué le procureur aux jurés.

L'attaque a rappelé l'assassinat en mai 2013 du soldat Lee Rigby dans le sud de Londres, qui avait été lardé de coups de couteau par ses agresseurs qui avaient tenté de le décapiter.

Plusieurs vidéos d'amateurs diffusées sur les réseaux sociaux et reprises par les médias ont montré un homme de grande taille, vêtu à l'occidentale avec une chapka noire sur la tête et armé d'un couteau, que des policiers tentaient de maîtriser dans le hall d'accès à la station de métro à l'aide de leur pistolet à impulsion électrique.

Touché, le suspect était tombé, lâchant son arme, avant d'être maîtrisé au sol.

Un témoin avait alors crié au suspect : "T'es pas un musulman, mon frère ! T'es pas un musulman, mon frère ! T'es pas musulman !". Une phrase devenue le hashtag "#YouAintNoMuslimBruv", repris massivement sur Twitter au Royaume-Uni.

Quelques jours après l'agression, le frère de l'accusé avait affirmé que Muhaydin Mire avait été interné pendant trois mois en 2007 en raison de crises de paranoïa, peut-être provoquées par la consommation de cannabis.

Face à la persistance de ses troubles mentaux - "il pouvait parler toute la nuit de démons et de trucs qu'il disait voir", selon son frère -, sa famille avait alerté la police britannique trois semaines avant l'agression.

mc/oaa/ros