NOUVELLES
08/06/2016 09:04 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Lambert: "Nous n'avons jamais envisagé d'annuler les fans-zones"

Jacques Lambert, président du comité d'organisation de l'Euro-2016, a indiqué mercredi qu'il n'avait jamais été envisagé "d'annuler les fans-zones" prévues dans les dix villes hôtes, un dispositif critiqué par de nombreux responsables politiques, dont Nicolas Sarkozy.

"Immédiatement après les attentats de novembre, avec le ministre de l'intérieur et les représentants des villes hôtes, nous avons considéré qu'il était mieux pour la sécurité des supporteurs qu'ils soient rassemblées dans un espace aménagé pour les recevoir, sécurisé de la manière la plus professionnelle possible", a détaillé M. Lambert répondant, lors d'une conférence de presse, aux nombreuses questions de journalistes étrangers sur la sécurité de l'Euro.

"Nous sommes vigilants, nous serons réactifs. Cette position sera maintenue si évidemment il ne se passe rien de grave en matière de sécurité", a poursuivi le patron du comité d'organisation.

Cette position est réaffirmée alors que nombre de voix se sont élevées, à deux jours du coup d'envoi de l'Euro, pour remettre en cause l'organisation des fans-zones, lieux festifs installés dans les centres des villes hôtes pour accueillir, selon les cas, de 15.000 à 90.000 spectateurs sans billets et diffuser les matches.

Le 22 mai, le président des Républicains Nicolas Sarkozy avait fait part de ses craintes lors du journal de TF1: "Est-ce qu'il est raisonnable, alors que le pays est en état d'urgence, de prévoir l'organisation de fan zone à Paris ?", s'est-il interrogé . "Je suis donc très hésitant sur l'opportunité d'avoir des fan zones. Je trouve que c'est un risque", avait ajouté l'ex-président de la République.

Un courrier du préfet de police de Paris adressée à la mairie de Paris dans lequel il recommandait la fermeture de la fans-zone parisienne située sous la Tour Eiffel les soirs de match à Paris ou Saint-Denis et révélée par la presse vendredi, a relancé le débat. Si la Mairie de Paris a tenu à assurer dès samedi que cette fan-zone serait bien ouverte "tous les jours", les Républicains et notamment Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de France, ont jugé son maintien "peu raisonnable".

Mercredi, Jacques Lambert a rappelé que les fans-zones seraient sécurisées "de la même façon que les stades: Il y aura un double périmètre avec des palpations" dans les fans-zones, placées sous la responsabilité des villes, et assurée par des agents de sécurité privés.

"Nous nous sommes fixés un objectif: quel que soient les circonstances, rester concentrés sur notre objectif de livrer le meilleur Euro possible à tous points de vue", a conclu M. Lambert.

cha/cto