NOUVELLES
08/06/2016 01:55 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016/France: Martial, "chambreur" sous son air "réservé" selon son frère

Anthony Martial, attaquant de Manchester United retenu dans les 23 Bleus, est un "chambreur" sous son air "réservé", dévoile à l'AFP son frère Dorian, qui évolue toujours dans le club de leur enfance, aux Ulis (région parisienne).

Q: Vous suivez les performances de votre frère Anthony, comment jugez-vous sa progression? Sa présence à l'Euro est-elle une surprise pour vous?

R: "Il a fait une bonne saison donc surpris, non, on était plutôt confiant. C'est une bonne image qu'il donne de la ville des Ulis, c'est une fierté, pour nous, pour tous les jeunes qui s'identifient à eux... Il a toujours été attendu depuis tout petit. On sait qu'il a la tête sur les épaules, et de toute façon, mon père et nous-mêmes on est derrière lui pour lui rappeler. Quand il était petit, il avait un sacré caractère, il y avait pas mal d'embrouilles entre nous, mais c'est comme tous les frères, ça. Nos parents étaient derrière nous avec leur discipline stricte."

Q: Vous avez une petite idée du scenario de l'Euro pour Anthony? Vous pensez qu'il va marquer son premier but en Bleu?

R: "Je vais essayer d'aller le voir un minimum au stade, sinon je regarderai à la télé, mais c'est clair que je le supporterai. Pour l'instant il est abonné aux passes décisives, il n'arrive pas encore à mettre ses petits buts, mais je pense... J'espère en tout cas qu'il marquera au moins une fois pour que ce soit un peu le déclic et qu'il enfile les buts ensuite. On ne le chambre pas là-dessus, c'est déjà pas mal ce qu'il fait à à peine 20 ans, donc on le laisse tranquille avec ça, on sait que ça viendra tout seul. C'est lui le plus chambreur de la famille en plus. Même s'il a l'air réservé, entre nous il est... Dynamique on va dire!"

Q: Comment expliquez-vous que vos deux frères, Anthony et Johan (qui évolue à Troyes) soient passés professionnels, et que vous-même jouiez également au football, en Division d'honneur avec les Ulis?

R: "Dans la ville des Ulis, il y a des terrains un peu partout. Nous, depuis tout petit, ce qui nous intéressait c'était de jouer au football. Mais nos parents ne nous ont jamais poussés à devenir pro. Si on en est là aujourd'hui, c'est qu'il y a un minimum de talent et sûrement une part de chance. Pour ma part, je suis aux Ulis, j'ai toujours voulu être dans ce club, pour le plaisir. J'ai tous mes amis ici, je me sens bien, je ne voyais pas l'utilité de partir."

Propos recueillis par Corentin DAUTREPPE

cda/pgr/tba