NOUVELLES
08/06/2016 16:42 EDT | Actualisé 09/06/2017 01:12 EDT

Des documents sont disparus et des faux présentés aux députés, disent deux témoins

QUÉBEC — L'analyste Annie Trudel a déclaré jeudi que des courriels prouvant l'obstruction subie au ministère des Transports du Québec ont disparu d'une clef USB remise à la police.

Mme Trudel a été entendue sur les constats qu'elle a dressés durant les 18 mois où elle a eu le mandat de faire des vérifications au MTQ.

L'analyste, dont les observations ont mené l'ex-ministre Robert Poëti à dénoncer des irrégularités dans son ancien ministère, a raconté aux députés que ses demandes étaient ignorées par les représentants du ministère.

Les courriels démontrant ses difficultés, inclus avec des documents qu'elle a remis avant de démissionner, ont disparu d'une clef USB détenue par l'Unité permanente anticorruption (UPAC), a-t-elle raconté.

Ancienne vérificatrice interne au MTQ, Louise Boily a pour sa part expliqué que plusieurs documents auxquels elle aurait travaillé comportaient des irrégularités.

Ces documents du MTQ ont été déposés en Chambre et devant les députés membres de la Commission de l'administration publique (CAP). Ceux-ci ont entendu les deux témoins, qui ont demandé à être assermentées, ce qui leur offre l'immunité, mercredi.

Une note ministérielle expliquant des incongruités dans les documents présentés aux parlementaires est un «faux», a indiqué Mme Boily.

Les deux femmes ont affirmé qu'elles ont constaté des cas de fractionnement de contrats permettant de contourner les règles d'appels d'offres.

Mme Boily a expliqué qu'elle avait notamment avisé l'ex-sous-ministre des Transports Dominique Savoie de ces pratiques, malgré les déclarations contraires de la haute fonctionnaire, qui a démissionné de son poste dans la controverse.