NOUVELLES
05/06/2016 04:37 EDT | Actualisé 06/06/2017 01:12 EDT

Un chrétien tué à l'arme blanche au Bangladesh (police)

Des inconnus ont tué à l'arme blanche dimanche un épicier chrétien de 65 ans près d'une église au Bangladesh, a annoncé la police, dans un contexte de violences contre les minorités religieuses et les militants laïcs attribuées à des extrémistes musulmans.

Dans un message diffusé peu après par son agence de presse Amaq, le groupe Etat islamique a revendiqué ce meurtre, précisant qu'il faisait "partie d'une série d'opérations au Bangladesh", selon le site internet de surveillance des activités jihadistes SITE.

"Sunil Gomes a été tué à l'arme blanche dans son épicerie près d'une église du village de Bonpara", a déclaré à l'AFP Shafiqul Islam, chef adjoint de la police du district de Natore, dans le nord-ouest du pays.

L'inspecteur Abdur Razzak a de son côté indiqué que le mobile de ce crime n'était pas clair. Cette attaque n'en rappelle pas moins les violences dont sont victimes depuis plusieurs mois des membres d'autres minorités religieuses dans ce pays à majorité musulmane, ainsi que des militants laïcs.

Ce meurtre est intervenu quelques heures après celui de l'épouse d'un officier de la police antiterroriste dans la ville de Chittagong, dans le sud-est du pays.

Une quarantaine de meurtres de blogueurs laïcs, d'intellectuels, d'étrangers et de membres de minorités religieuses, dont des soufis, des chiites, des hindous ou des chrétiens, ont été attribués ces dernières années à des assaillants soupçonnés d'être des islamistes extrémistes.

La plupart de ces meurtres ont été revendiqués par un groupe islamiste local, le Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB) ou par des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ou d'Al-Qaïda en Asie du Sud-Est.

Les autorités ont attribué la plupart des attaques au JMB mais nient toute présence de l'EI ou d'Al-Qaïda dans le pays.

sa/tha/jac/ia/mct