NOUVELLES
05/06/2016 09:23 EDT | Actualisé 06/06/2017 01:12 EDT

Pluie, forfaits, la délivrance de Djokovic: 6 choses à retenir de Roland-Garros

Si la pluie et les forfaits de Roger Federer et Rafael Nadal ont parasité Roland-Garros, le tournoi n'en a pas moins été riche, avec la délivrance de Djokovic, enfin titré à Paris et l'émergence de Garbiñe Muguruza.

. JUSQU'OÙ IRA DJOKOVIC?

Il l'a fait! En débloquant son compteur à Paris, pour sa quatrième finale, Novak Djokovic a rejoint le cercle fermé des joueurs ayant réussi le Grand Chelem en carrière. Ils sont désormais huit à avoir accompli cet exploit, dont Federer et Nadal. Mais en gagnant les quatre trophées majeurs à la suite, sur deux saisons, le Serbe a fait plus fort que ses contemporains et imité une autre légende du tennis, l'Australien Rod Laver, le dernier à l'avoir fait mais sur une année (1969). Cet exploit désormais est à la portée du "Djoker" qui, avec 12 titres majeurs, peut regarder aussi avec gourmandise le record de Federer (17).

. DEUX ÊTRES VOUS MANQUENT...

Federer, lauréat en 2009, a renoncé pour la première fois aux Internationaux de France, à cause d'un dos encore fragile. Après le "Maître", le champion ultime de Roland-Garros Rafael Nadal (9 titres) a été contraint d'abandonner - pour la première fois - avant le troisième tour en raison d'un poignet gauche meurtri. Alors que le Suisse doit faire son retour dès la semaine prochaine à Stuttgart, l'Espagnol a d'ores et déjà fait l'impasse sur le tournoi du Queen's, qui débute deux semaines avant Wimbledon. Les deux icônes du tennis cherchent désespérément à mettre fin à leur disette en Grand Chelem (depuis 2012 pour Federer, depuis 2014 pour Nadal). Mais leurs soucis physiques liés à l'usure du temps (30 ans pour Nadal, bientôt 35 pour Federer) ou l'écrasant Djokovic risquent de les en empêcher.

. PAS SANS TOIT

La météo exécrable a bouleversé comme rarement la programmation. Pour la deuxième fois de l'histoire - la première depuis seize ans - une journée, le mardi 30 mai, a été entièrement annulée à cause de la pluie. Avant et après, les averses ont aussi perturbé le tournoi. Conséquences: des reports et des parties disputées sous la bruine qui ont provoqué les critiques de plusieurs des meilleurs joueurs, Djokovic compris. Roland-Garros a plus que jamais besoin d'un toit, n'a cessé de rappeler Guy Forget, son nouveau directeur. Les trois levées du Grand Chelem en sont dotées, pour certains depuis plusieurs années. Mais à Paris la couverture du Central ne verra le jour au mieux qu'en 2020 à cause du conflit entre la Fédération de tennis (FFT) et des associations de protection de défense du patrimoine.

. SERENA RESTE SUR SON 21

Troisième tournoi du Grand Chelem et troisième échec d'affilée pour la diva américaine, bloquée à 21 trophées majeurs, à une longueur du record établi dans l'ère professionnelle par l'Allemande Steffi Graf et à trois du record absolu de l'Australienne Margaret Court. Après avoir chuté en demi-finale à l'US Open face l'expérimentée italienne Roberta Vinci, en finale à l'Open d'Australie contre la bondissante allemande Angelique Kerber, la N.1 mondiale a cette fois-ci buté en finale sur la nouvelle pépite du tennis féminin, l'Espagnole Garbiñe Muguruza. A croire que ce numéro porte la guigne à Serena qui, à 34 ans, va voir les occasions se raréfier.

. MUGURUZA FUTURE STAR?

La WTA, qui peine à trouver de nouvelles têtes d'affiche derrière Williams et Maria Sharapova, suspendue (provisoirement?) pour dopage, a peut-être trouvé son bonheur en la personne de Muguruza. Alors que la Roumaine Simona Halep est toujours en quête d'une victoire en Grand Chelem, que la poupée canadienne Eugénie Bouchard a dégringolé au classement, l'Hispano-Vénézuélienne a confirmé son statut de valeur montante en s'imposant sur la terre battue parisienne, à 22 ans, face à Williams, qui l'avait battue à Wimbledon l'an passé.

. L'HOMME QUI VALAIT 100 MILLIONS

Djokovic a encore battu le record de gains de l'histoire du tennis en devenant le premier joueur à franchir la barre des 100 millions de dollars. Ni Federer (deuxième avec 98 M dollars), ni Nadal (troisième avec 78 M dollars), pourtant plus titrés que lui, n'ont fait aussi bien. Ce record s'explique par la domination du N.1 mondial depuis trois ans, mais aussi par la flambée du "prize money" dans les tournois les plus prestigieux. Le chèque du lauréat de Roland-Garros a ainsi augmenté de 20% en deux ans pour se porter à 2 millions d'euros.

ll/fbx/agu