NOUVELLES
05/06/2016 12:10 EDT | Actualisé 06/06/2017 01:12 EDT

Mexique : élections de douze gouverneurs dans plusieurs Etats violents

Le Mexique votait dimanche pour élire de nouveaux gouverneurs dans douze Etats, et le parti centriste du président Peña Nieto tentait de garder deux Etats déchirés par les violences des cartels.

Le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) du chef de l'Etat dirige actuellement neuf de ces douze Etats. Les autres 20 Etats du pays ne votaient pas dimanche.

Le PRI devait conserver le pouvoir dans l'Etat de Tamaulipas (nord-est), quelques jours après le kidnapping express et très médiatisé d'un joueur de football international, qui a suscité une certaine incrédulité dans les médias et parmi la population.

Dans cet Etat à la frontière américaine, où plus de 5.500 personnes sont portées disparues, le PRI et le PAN se sont accusés mutuellement d'être à la solde des cartels durant la campagne.

Mais la course était plus serrée dans l'Etat voisin de Veracruz, où les violences liées au trafic de drogue ont défrayé la chronique au cours des derniers mois.

A la veille du vote, une tête a été trouvée près d'un bureau de vote dans la ville de Emiliano Zapata, accompagnée d'un message menaçant le maire et son fils, candidat de gauche à l'assemblée locale.

Dans ce riche Etat pétrolier, au moins 18 reporters ont été tués au cours des cinq dernières années.

"Cette élection est un baromètre dans la perspective des élections (présidentielles) de 2018", analysait José Antonio Crespo, expert politique au Centre de recherche et d'enseignement économiques (Cide).

Le vote de dimanche permettra également l'élection de maires et députés locaux, ainsi que de la première assemblée constituante de la ville de Mexico.

sem/lth/se/ka/fjb