NOUVELLES
03/06/2016 21:03 EDT | Actualisé 04/06/2017 01:12 EDT

Bahreïn: évasion de détenus (ministère)

Le ministère de l'Intérieur de Bahreïn a annoncé samedi l'évasion d'un groupe de détenus d'un centre pénitentiaire d'Al-Hadd, une localité à l'est de Manama, la capitale du petit pays du Golfe, théâtre de troubles sporadiques depuis 2011.

Dans un communiqué publié samedi avant l'aube, le ministère a ajouté que des recherches étaient lancées pour capturer les évadés du centre de détention d'Al-Hadd, situé près de la cale sèche de Mouharraq, la deuxième grande île de Bahreïn.

Le ministère n'a pas précisé le nombre d'évadés ou les charges pesant sur eux.

Mais des médias bahreïnis, dont le quotidien Akhbar Al-Khaleej, ont indiqué qu'une vingtaine de détenus avaient réussi à s'évader vendredi en milieu de soirée du centre d'Al-Hadd.

"Ils ont réussi à s'emparer d'un bus pour s'enfuir après avoir agressé des gardiens et des policiers, blessant certains d'entre eux", a rapporté Akhbar Al-Khaleej.

Alertées, les forces de sécurité se sont déployées massivement dans la région d'Al-Hadd et ont établi plusieurs points de contrôle à l'entrée et à la sortie de l'île de Mouharraq, à la recherche des évadés, a ajouté le journal.

En avril 2014, les autorités avaient réussi à reprendre deux détenus, deux jours après avoir réussi à s'évader de la prison de Jaw dans le sud-est de l'île de Manama.

Petit royaume du Golfe dirigé par une dynastie sunnite, Bahreïn, siège de la Ve Flotte américaine, est secoué par des troubles sporadiques depuis la répression par les autorités en février 2011 d'un mouvement de contestation animé par la majorité chiite qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle.

Des dizaines de personnes, dont des opposants, ont, depuis, été jugées et condamnées à de lourdes peines de prison, et pour certains à la déchéance de leur nationalité, notamment pour violences ou critiques contre le pouvoir.

Lundi, le chef de l'opposition chiite, cheikh Ali Salmane, a été condamné en appel à neuf ans de prison pour incitation à la désobéissance et complot contre l'Etat, un jugement plus dur que les quatre ans de prison prononcés en première instance.

bur/tm/we

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!