POLITIQUE
03/06/2016 06:14 EDT | Actualisé 03/06/2016 06:14 EDT

CPE: de l'argent du gouvernement pouvant servir à congédier des employés

MIXA via Getty Images

Le gouvernement du Québec a mis en ligne cette semaine les consignes pour l'utilisation des 60 millions de dollars en allocation de transition pour les centres de la petite enfance (CPE) et les garderies subventionnées. On y évoque notamment l'idée d'utiliser l'allocation pour le congédiement d'employés et le paiement de frais d'avocats en cas de litige.

Un texte de Mathieu Dion

Le gouvernement a accepté de versé 60 millions de dollars aux garderies du Québec pour les aider à passer au travers de compressions récurrentes de 120 millions. Selon les règles du ministère de la Famille, au moins 30 % de cet argent doit servir à améliorer les performances administratives des garderies.

Que faire avec le reste de l'argent, soit 70 % de l'allocation ou quelque 42 millions de dollars? À la question ci-dessous, dans les trois premiers exemples données par le ministère dans ses consignes aux garderies, on parle de congédier des employés.

La question : « Est-il possible de donner des exemples concrets d'une dépense qui fait partie de la catégorie "autres types de dépenses admissibles", soit celles qui peuvent être financées avec la portion représentant au plus 70 % de l'allocation? »

Dans un jargon complexe, le ministère répond que l'allocation peut servir à payer une prime de départ d'un employé dans la mesure où la mise à pied est faite en vue d'une meilleure efficience. On ajoute que cette allocation « peut aussi servir à payer les frais juridiques découlant de la contestation d'un licenciement si celui-ci visait à accroître l'efficience ».

Contacté par Radio-Canada, le cabinet du ministère a confirmé ces informations. Par efficience, le gouvernement suggère ainsi une réduction des dépenses.

En février, le ministre de la Famille, Sébastien Proulx, avait émis cet avertissement : « Cette allocation de transition ne pourra être utilisée que pour l'amélioration des pratiques de gestion et la bonification des services directs aux enfants. »

« Se faire payer pour mettre du monde dehors? »

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) s'étonne du contenu de type questions/réponses accompagnant la directive sur l'allocation de transition. Elle se désole que le gouvernement semble encourager les employeurs à réduire leur personnel et s'inquiète pour la qualité future des services.

«Au départ, l'allocation de transition qu'on a réussi à avoir avait pour but de se préparer aux grosses coupes et devait servir à préserver les services aux enfants. C'est la première fois que j'entends que l'allocation peut servir à mettre des gens à la porte.» - Valérie Grenon, première vice-présidente de la FIPEQ

Voir aussi:

Galerie photo 20 photos magnifiques du quotidien d'un père avec ses enfants Voyez les images