NOUVELLES
01/06/2016 20:07 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

Venezuela: l'OEA prône un "dialogue ouvert" entre gouvernement et opposition

L'Organisation des Etats américains (OEA) a prôné mercredi un "dialogue ouvert" entre l'opposition et le régime vénézuélien pour trouver une solution "rapide" et "effective" à la crise politique, une déclaration saluée par le gouvernement de Nicolas Maduro.

Les 34 membres de l'OEA ont adopté mercredi une déclaration de conciliation en faveur d'un "dialogue ouvert" entre le gouvernement et l'opposition pour trouver une solution "rapide et effective aux différends" et à la "consolidation de la démocratie représentative".

"Le Venezuela sort victorieux de la déclaration en soutien au dialogue, à la constitution et la paix adoptée par le conseil permanent de l'OEA", a écrit sur son compte Twitter la ministre des Affaires étrangères Delcy Rodriguez.

"Cette victoire est la reconnaissance du gouvernement constitutionnel du président Nicolas Maduro et du système démocratique de défense des DDH (droits de l'Homme)", a-t-elle ajouté.

Mardi, le secrétaire général de l'OEA, Luis Almagro, avait réclamé une réunion urgente de ses Etats membres pour évoquer la "crise institutionnelle" au Venezuela, s'attirant une réponse courroucée du président vénézuélien Nicolas Maduro.

Dans une lettre adressée aux Etats membres, M. Almagro a invoqué la charte démocratique de l'OEA, instrument utilisé en cas d'"altération de l'ordre constitutionnel" dans l'un de ces Etats.

Mme Rodriguez a remercié les pays qui "soutiennent" la "pleine souveraineté" du Venezuela, soulignant que "seul le gouvernement de droite du Paraguay s'est écarté du consensus en soutien au dialogue" entre M. Maduro et l'opposition.

Début mai, une coalition d'opposition, majoritaire au Parlement depuis les élections législatives de décembre, a réuni 1,85 million de signatures réclamant un référendum sur le départ de Maduro. Les alliés du président socialiste ont affirmé que cette pétition était entachée de fraudes.

L'hostilité entre les deux camps est exacerbée par une violente crise économique qui a frappé le pays au moment où plongeaient les cours du pétrole, son unique source de richesse.

rsr/mis/fj/jpa/tll