NOUVELLES
02/06/2016 09:39 EDT | Actualisé 03/06/2017 01:12 EDT

Syrie: les principales localités assiégées

Une vingtaine de zones ou localités en Syrie sont actuellement assiégées, principalement par les forces du régime de Bachar al-Assad, accusé de recourir aux sièges pour forcer les rebelles à déposer les armes.

Jeudi, le groupe de travail sur l'accès humanitaire, qui regroupe les membres du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), a décidé d'ajouter Waer, quartier rebelle de la ville de Homs (centre) où vivent 75.000 personnes, à la liste des zones assiégées.

Au total, l'ONU considère désormais que quelque 592.700 personnes vivent dans 19 zones ou localités assiégées.

- Principales villes assiégées par le régime -

Les sièges imposés par le régime se trouvent principalement autour de Damas.

- DARAYA, à 10 km de la capitale, a été l'une des premières villes à se soulever contre le régime en 2011, et l'une des premières aussi à être assiégée (depuis novembre 2012).

Le régime tente depuis quatre ans de reprendre la localité, très proche de la base aérienne de Mazzé, siège des services de renseignements de l'armée de l'air et de leur prison.

Mercredi, à la faveur d'une trêve de 48 heures, le régime a autorisé pour la première fois l'entrée d'un convoi humanitaire à Daraya, mais l'aide n'incluait pas de nourriture.

- MADAYA, où plus de 40.000 personnes vivent assiégées depuis des mois, a été l'une des villes les plus touchées; 46 personnes y sont mortes de faim entre le 1er décembre 2015 et fin janvier, selon Médecins sans frontières (MSF).

- MOUADAMIYAT AL-CHAM, ville rebelle située au sud-ouest de Damas, dans la Ghouta occidentale, a été classée de nouveau comme ville assiégée par l'ONU en janvier, le régime ayant imposé de nouvelles restrictions qui continuent de provoquer des pénuries de nourriture. Mercredi, un convoi est entré pour la première fois depuis mars dans cette ville.

D'autres localités contrôlées par les rebelles sont aussi encerclées dans la province de Damas comme Zabadani ou encore Douma, Erbine, Harasta et Zamalka dans la région de la Ghouta orientale.

Dans la province de Homs, les villes rebelles de Rastane et de Talbissé, subissent aussi un siège dévastateur de la part du gouvernement.

- Localités encerclées par les rebelles -

- FOUA et KAFRAYA, agglomérations chiites pro-régime de la province d'Idleb (nord-ouest), sont assiégées par des rebelles islamistes.

Les insurgés ont cherché à lier le sort de ces deux localités à celui de Zabadani et Madaya, exigeant que toute aide parvenant aux villages loyalistes soit également livrée à ces deux villes rebelles.

En avril, 250 habitants de Madaya et de Zabadani ont rallié la province d'Idleb, tenue par les insurgés. Dans le même temps, le même nombre d'habitants de Foua et Kafraya ont été transférés à Damas et dans la province de Lattaquié, bastion du régime sur la côte. Les évacuations ont été accompagnées par une livraison d'aide humanitaire dans ces villes.

Début février, les forces gouvernementales, soutenues par l'aviation russe, avaient réussi à briser le siège imposé depuis plus de trois ans par les rebelles islamistes aux localités chiites de Nebbol et Zahra, dans la province d'Alep (nord).

- Les sièges imposés par l'EI -

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) assiège depuis janvier 2015 la ville de Deir Ezzor dans l'est de la Syrie où vivent plus de 200.000 personnes.

L'EI contrôle plus de 60% de Deir Ezzor, chef-lieu de la province éponyme qui est en majorité aux mains du groupe ultraradical sunnite.

Depuis début avril, le Programme alimentaire mondial procède à des largages par avion de vivres sur Deir Ezzor.

Le gouvernement syrien a aussi pu livrer de l'aide aux localités assiégées qu'il contrôle par largage aérien. Une possibilité dont ne disposent pas les rebelles, qui n'ont pas d'aviation.

acm/vdr/cmk