NOUVELLES
02/06/2016 11:29 EDT | Actualisé 03/06/2017 01:12 EDT

Syrie: l'ONU veut approvisionner les villes assiégées par hélicoptère

Les Nations unies étudient la faisabilité d'utiliser des hélicoptères pour transporter de l'aide humanitaire vers les villes assiégées en Syrie, mais de telles opérations sont à hauts risques, a prévenu un porte-parole jeudi.

Selon Stéphane Dujarric, porte-parole des Nations unies, il faudra utiliser des hélicoptères pour apporter de l'aide aux réfugiés dans 15 des 19 villes assiégées, qui sont des villes urbaines ou semi-urbaines densément peuplées.

"Dans les zones urbaines les largages par avion ne sont pas envisageables, donc on utiliserait des hélicoptères", a-t-il expliqué.

"Chaque hélicoptère transporterait environ trois tonnes et devrait atterrir pour décharger", a-t-il ajouté. "On imagine les difficultés en matière de sécurité pour réaliser cela, plus les difficultés que cela représenterait de voler dans le ciel de Syrie".

Face au désastre humanitaire provoqué par le conflit qui a fait également 280.000 morts depuis plus de cinq ans et jeté hors de leurs foyers des millions de personnes, le Conseil de sécurité de l'ONU doit tenir vendredi une réunion d'urgence axée sur les aides.

"Nous avons besoin d'avoir un accès total partout", a demandé l'ambassadeur britannique à l'ONU Matthew Rycroft, qui a sollicité l'organisation de la réunion d'urgence de vendredi. "On espère que les préparatifs pour les largages humanitaires vont commencer et que tout va se mettre en place rapidement parce qu'il n'y a pas un moment à perdre".

Les 20 pays du Groupe international de soutien à la Syrie (ISSG) avaient fixé le 1er juin comme dernier délai pour que des convois puissent avoir accès aux villes assiégées, sans quoi les Nations unies procéderaient à des largages d'aide humanitaire.

Un convoi humanitaire est entré mercredi à Daraya, le premier depuis le début du siège imposé en novembre 2012 par le régime à cette ville rebelle de la province de Damas, mais l'aide n'incluait pas de nourriture au grand désespoir des habitants affamés. La ville de Moadamiyeh a également reçu une aide humanitaire pour la première fois depuis le mois de mars.

Selon l'ONU 592.000 personnes vivent dans des villes assiégées, principalement par les forces du régime de Damas, et 4 millions sont dans des zones difficiles d'accès.

cml/bdx/vog