NOUVELLES
02/06/2016 11:00 EDT | Actualisé 03/06/2017 01:12 EDT

Pour Israël, l'initiative française de paix "échouera"

Le ministère des Affaires étrangères israélien a estimé jeudi que l'initiative française pour relancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens était vouée à l'échec.

Le directeur général du ministère Dore Gold s'exprimait lors d'une rencontre avec des journalistes à la veille d'une réunion à Paris de ministres d'une trentaine de pays arabes et occidentaux, ainsi que de représentants de l'ONU et de l'Union européenne pour tenter de ranimer un processus de paix qui n'en a plus que le nom.

"La seule manière d'obtenir un accord régional stable qui nous permettra de créer une paix véritable au Moyen-Orient est que les parties s'entendent entre elles", a déclaré M. Gold dont le pays rejette toute approche multilatérale.

Partant du constat que le dialogue entre les deux protagonistes est à ce stade "impossible", après l'échec des derniers pourparlers de paix en 2014, la France ne les a pas conviés à Paris.

"Nous pensons que les pays arabes soutiendraient des négociations directes entre Israël et les Palestiniens et c'est pour cela que nous préférons un processus de paix moyen-oriental et pas un processus que quelqu'un cherche à créer à Paris", a poursuivi M. Gold.

Rappelant les accords entre la Grande-Bretagne et la France pour redessiner les frontières du Moyen-Orient après la chute de l'empire ottoman en 1916, le responsable israélien a estimé que cet effort "marquant le pic du colonialisme" dans la région avait "échoué comme nous le voyons aujourd'hui dans le désert de l'Irak et de la Syrie" deux pays ravagés par des conflits.

L'initiative française actuelle "est également vouée à l'échec", a-t-il affirmé.

La conférence de vendredi serait une première étape, un prélude à l'organisation d'une conférence de paix à l'automne 2016, avec cette fois-ci les deux parties concernées.

Lors d'une rencontre avec le ministre finlandais des Affaires étrangères jeudi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que l'initiative française donnait au président palestinien Mahmoud Abbas l'opportunité d'échapper à des négociations directes, a indiqué un communiqué du gouvernement israélien.

Le Premier ministre israélien a déjà dit son hostilité à l'initiative française aux responsables français venus dans la région.

mjs/scw/iw/tp/cmk