NOUVELLES
02/06/2016 08:06 EDT | Actualisé 03/06/2017 01:12 EDT

Nouvel examen radiographique de la grande pyramide de Gizeh

LE CAIRE — Des archéologues ont entrepris jeudi un nouvel examen radiographique de la grande pyramide de Gizeh, en Égypte.

Les travaux sont dirigés par l'ancien ministre des Antiquités, le célèbre archéologue Zahi Hawass.

Le scanneur a été mis en place l'an dernier. Il utilise des particules subatomiques appelées «muons» pour tenter de percer les derniers secrets de la pyramide de Khéops, qui a été érigée il y a 4500 ans.

M. Hawass a expliqué que le scanneur essaiera tout d'abord de détecter la présence des trois pièces dont on connaît déjà l'existence. Si le test est concluant, les examens pourront se poursuivre.

À la fin de l'an dernier, un balayage thermique avait détecté que trois pierres adjacentes à la base de la pyramide sont plus chaudes que toutes les autres, ce que les experts qualifient d'«anomalie importante».

M. Hawass a déjà minimisé la pertinence des scanneurs en archéologie, en déclarant qu'ils n'ont jamais rien trouvé d'important. Il s'est querellé publiquement avec l'égyptologue britannique Nicholas Reeves, qui a vu sa théorie de chambres secrètes cachées derrière les murs de la tombe du pharaon Toutânkhamon être renforcée par des examens radiographiques.

M. Hawass avait été congédié après le soulèvement populaire qui a renversé le régime d'Hosni Moubarak en 2011. Il a ensuite été accusé, puis acquitté, de corruption.