NOUVELLES
01/06/2016 20:45 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

Municipales à Rome: cinq choses à savoir

Cinq choses à savoir avant le premier tour dimanche des muncipales à Rome:

1. La situation est chaotique

La capitale italienne a accumulé une dette de plus de 12 milliards d'euros, 40% de ses rues sont défoncées, et l'argent manque pour les réparer. Le transport public chaotique exaspère les Romains, tout comme le ramassage des ordures souvent aléatoire et l'absentéisme des quelque 60.000 employés directs et indirects de la ville éternelle.

2. Pourquoi en est-on arrivé là ?

Rome se remet à peine des révélations fin 2014 quant à l'existence d'un vaste réseau de corruption tissé par le crime organisé jusque dans les étages du Capitole, la mairie de Rome.

Des élus, chefs d'entreprise, fonctionnaires municipaux, sont depuis des semaines entendus par un tribunal pour tenter de comprendre comment cette mafia romaine a détourné pendant des années des millions d'euros en truquant notamment nombre de marchés publics.

3. Le dernier maire contraint à la démission

Rome est administré par un commissaire extraordinaire, nommé par le gouvernement, depuis la démission d'Ignazio Marino en octobre.

Tombé pour une affaire de fausses notes de frais, Ignazio Marino a surtout payé le prix de son impopularité auprès des Romains, excédés par son inefficacité, ce qui lui a valu d'être lâché par son parti, Le PD, que dirige le président du Conseil italien Matteo Renzi.

4. Du changement dans l'air

L'héritage Marino compromet les chances du Parti démocrate (PD) de conserver la mairie de Rome, bien que son candidat Roberto Giachetti soit récemment remonté dans les sondages. Mais la droite, traditionnellement majoritaire à Rome, n'est nullement certaine de l'emporter.

La candidate du mouvement populiste, créé en opposition à la vieille classe politique italienne, Cinq Etoiles, est en tête des sondages.

A 37 ans, Virgiania Raggi pourrait devenir la première femme à la tête de la ville éternelle. Si elle réussit, cela renforcerait considérablement la crédibilité du mouvement lancé par l'humoriste italien Beppe Grillo, et ses chances de gouverner un jour toute l'Italie.

5. Une femme au Capitole ?

Derrière Virginia Raggi, on trouve, selon certains sondages, une autre femme, Giorgia Meloni, candidate de la droite et de l'extrême-droite.

Si les deux femmes se retrouvent au second tour, prévu le 19 juin, à l'issue du premier dimanche, ce sera la première fois qu'une femme sera maire de la ville éternelle.

Si cela devait se produire, Rome rejoindrait d'autres grandes villes dans le monde qui ont des femmes à leur tête, comme Paris, Madrid, Barcelone ou Le Cap.

am/ob/jlv/dar