DIVERTISSEMENT
02/06/2016 05:01 EDT

Les films à voir au cinéma dès le 3 juin 2016 (PHOTOS)

Rebecca Nelson via Getty Images
boy and girl, eating popcorn, watching a movie in their home theater

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Galerie photo Films de la semaine Voyez les images

UN AMOUR D'ÉTÉ

Canada. 2016. 63 min.

Documentaire de Jean-François Lesage.

Sur le Mont-Royal, après la fermeture du parc, des couples se forment, des regards s'échangent, dans une ambiance estivale quasi irréelle, imprégnée de la poésie de l'artiste multidisciplinaire Jonathan Lamy. - Précédé du court métrage "Métro" de Nadine Gomez.

AMOUR ET AMITIÉ

Irlande. 2016. 93 min.

Drame sentimental de Whit Stillman avec Kate Beckinsale, Chloe Sevigny, Xavier Samuel, Tom Bennett, Emma Greenwell, Justin Edwards.

En Angleterre, à la fin du XVIIIe siècle, Lady Susan Vernon, veuve séduisante et manipulatrice, possède une scandaleuse réputation d'intrigante. Or, sous ses grands airs, c'est une femme vulnérable, inquiète pour son avenir. Elle se met alors en tête de trouver simultanément deux maris, un pour elle, l'autre pour sa fille. Lady Susan devra cependant déployer des trésors d'ingéniosité pour conquérir deux cibles: l'adorable Reginald DeCourcy, un noble charmant mais naïf qui serait idéal pour sa fille, et le pénible Sir James Martin, aussi fortuné que stupide.

Cette adaptation légère et pétillante d'une nouvelle de Jane Austen repose sur un scénario vif et habile, truffé de bons mots d'esprit. Sobre et élégante, la mise en scène de Whit Stillman (METROPOLITAN, DAMSELS IN DISTRESS) offre à Kate Beckinsale son meilleur rôle en carrière, et permet à l'hilarant Tom Bennett de camper un aristocrate digne des Monty Python.

AVANT TOI

États-Unis. 2016. 110 min.

Drame sentimental de Thea Sharrock avec Emilia Clarke, Sam Claflin, Matthew Lewis, Janet McTeer, Charles Dance, Vanessa Kirby.

Issue d'un milieu modeste, Lou postule pour devenir l'aide-soignante de Will Traynor, séduisant châtelain devenu paraplégique à la suite d'un accident de voiture. Charmée par sa fraîcheur et son originalité, la mère de Will l'engage sur le champ. Armée de sa bonne volonté et de sa gentillesse, Lou multiplie les efforts pour se rendre utile, mais le handicapé se montre cynique et irritable à son égard. Au fil des mois, une complicité s'installe pourtant entre eux. Ayant surpris la conversation des parents de celui-ci, Lou apprend que le jeune homme, qui menait autrefois une existence trépidante, a perdu le goût de vivre. Éprise de lui, elle entreprend de lui rendre l'existence meilleure, avec le soutien de ses parents et de son physiothérapeute.

Cette adaptation mièvre du roman de Jojo Moyes traite un sujet délicat de façon simpliste. Réalisé sans tonus, l'ensemble paraît sortir tout droit d'un roman Harlequin, avec ses décors élégants et ses paysages bucoliques. Affublée de tenues tape-à-l'oeil, Emilia Clarke ("Game of Thrones") force la note aux côtés du fade Sam Claflin, en pâle clone de Hugh Grant.

DANS LA FORÊT

Canada. 2015. 101 min.

Science-fiction de Patricia Rozema avec Ellen Page, Evan Rachel Wood, Max Minghella, Jordana Largy, Callum Keith Rennie, Michael Eklund.

Dans un avenir proche, la côte ouest de l'Amérique du Nord est frappée par une catastrophe mystérieuse, qui semble avoir coupé l'accès à toutes les sources d'énergie. Nell et Eva, deux soeurs dans la vingtaine, qui habitent avec leur père une maison isolée dans les bois, font d'abord mine de poursuivre leur vie comme avant; la première, en continuant de se préparer aux études, la seconde, en pratiquant en solo ses leçons de danse. Mais lorsque leur père meurt dans des circonstances tragiques, et qu'il devient clair que la panne d'énergie sera permanente, Nell et Eva réalisent qu'elles devront par elles-mêmes apprendre à survivre aux rôdeurs, à la maladie et à la faim, dans un monde qui ne sera plus jamais le même.

Portant un regard féminin et intimiste sur la fin du monde, ce film sensible peine cependant à faire vivre ses personnages de l'intérieur. Heureusement, Ellen Page et Rachel Evan Wood prêtent leur talent à ce drame qui repose largement sur leur interaction, et qui ne se distingue que par son approche et la qualité de leurs performances.

LES DEUX AMIS

France. 2015. 102 min.

Comédie sentimentale de Louis Garrel avec Vincent Macaigne, Golshifteh Farahani, Louis Garrel, Mahaut Adam, Christelle Deloze, Laurent Laffargue.

Clément, comédien raté, est fou de Mona, qui travaille comme commis dans une boulangerie de la Gare du Nord à Paris. Pour un temps, celle-ci lui a laissé croire à un amour possible. Mais plus maintenant. Devant cette fin de non-recevoir, Clément redouble d'ardeur. Ce qu'il ignore toutefois, c'est que Mona rentre chaque soir en prison, où elle purge une peine légère. Déterminé à vaincre les réserves de celle qu'il aime, Clément demande l'aide et les conseils de son meilleur ami Abel, un beau garçon qui lui fait de l'ombre. Provocateur et croyant bien faire, celui-ci fait rater à Mona le train qui devait la ramener en prison à l'heure pour son couvre-feu. Soudainement placée en contravention, la jeune femme décide de tirer le meilleur avantage de la situation, et entraîne les deux hommes à sa suite.

Voulant sans doute s'affranchir du cinéma d'auteur hermétique auquel il est associé, le comédien Louis Garrel signe un premier long métrage accessible et comique, dont l'origine théâtrale explique quelques transitions maladroites. L'ensemble n'est pas sans charme, mais les élans fougueux se font rares. La distribution de qualité est dominée par Vincent Macaigne.

JANIS - LITTLE GIRL BLUE

États-Unis. 2015. 103 min.

Documentaire de Amy Berg.

À partir des lettres et des témoignages de proches, ce film raconte la vie malheureuse et la carrière fulgurante de Janis Joplin, première icône féminine du rock et du blues, décédée à 27 ans en 1970, d'une surdose accidentelle d'héroïne.

Fortifié par la narration sentie de la chanteuse Cat Power, cet épisode de la série "American Masters" s'appuie en partie sur des témoignages émouvants mais parfois anecdotiques des proches de Janis Joplin. Signant une réalisation conventionnelle, Amy Berg (WEST OF MEMPHIS) ponctue son film d'extraits de spectacles où l'inégalable rockstar brille de mille feux.

POPSTAR - NEVER STOP NEVER STOPPING

États-Unis. 2016. 87 min.

Comédie satirique réalisée et interprétée par Jorma Taccone et Akiva Schaffer avec Andy Samberg, Tim Meadows, Sarah Silverman, Chris Redd, Imogen Poots, Maya Rudolph, Seal.

L'égocentrique Conner a cavalièrement quitté les Style Boyz, le trio de pop-rap qui l'a fait connaître, pour se lancer dans une carrière solo sous le nom de Conner4Real. Son ancien collègue Owen demeure toutefois dans son entourage à titre de DJ, au contraire de l'aigri Lawrence, qui s'est retiré sur une ferme au Colorado. Après un premier disque qui a battu des records de vente, Conner lance un nouvel album, dont le succès est cependant compromis par des vidéoclips maladroits et diverses erreurs de marketing. Malgré cela, la popstar part en tournée, mais là encore, il multiplie les catastrophes et les humiliations publiques. À bout de nerfs, Conner congédie Owen. Puis le regrette. Réalisant l'ampleur de ses erreurs, il entreprend de se réconcilier avec ce dernier et Lawrence, qui sont également ses amis d'enfance.

Filmée comme un faux documentaire à la THIS IS SPINAL TAP, cette parodie du vedettariat et du monde du rap réserve hélas son lot de gags téléphonés ou faciles. Andy Sandberg est néanmoins parfait en idiot narcissique et la réalisation, vivante et colorée, imite habilement l'esthétique des vidéoclips et des téléréalités.

POUPÉE DE MARIAGE

Israël. 2015. 82 min.

Drame de Nitzan Giladi avec Moran Rosenblatt, Assi Levy, Roy Assaf, Aviv Elkabeth, Aryeh Cherner.

Dans un village reculé d'Israël, Hagit, atteinte d'une légère déficience intellectuelle, bricole de minuscules poupées de mariées en rêvant de porter un jour le voile nuptial. Avec l'assistance de sa mère Sarah, qui la surprotège d'un amour mêlé de culpabilité et d'impuissance, Hagit se rend tous les jours à une manufacture de rouleaux de papier hygiénique, où on la fait travailler pour presque rien. Elle y retrouve Omri, le fils du patron, avec qui elle vit une romance secrète. Mais le confort de ce train-train est compromis. En effet, l'entreprise menace de fermer ses portes. Hagit, qui réclame son indépendance, confronte sa mère. À la croisée des chemins, Omri se voit forcé de clarifier son attachement pour la jeune femme qui, du coup, prend la mesure du fossé qui sépare ses illusions de la réalité.

Baignant dans la lumière dorée du désert du Néguev et porté par le sourire irrésistible de Moran Rosenblatt, ce drame émouvant porte un regard pudique, un brin superficiel, sur la souffrance des innocents et la violence qu'ils déchaînent autour d'eux. Si des raccords un peu déroutants compliquent un peu la lecture, le film contient plusieurs scènes saisissantes.

LES TORTUES NINJA - LA SORTIE DE L'OMBRE

États-Unis. 2016. 112 min.

Comédie fantaisiste de Dave Green avec Alan Ritchson, Noel Fisher, Pete Ploszek, Jeremy Howard, Megan Fox, Brian Tee, Stephen Amell, Tyler Perry, Laura Linney.

Plusieurs mois ont passé depuis la capture de Maître Shredder et la dissolution de son clan criminel. Mais des indices poussent la journaliste April O'Neil à croire à son retour. Elle fait alors appel à ses amis, les Tortues Ninjas, qui tenteront de nuire au plan d'évasion de leur ennemi juré. Le quatuor de justiciers mutants sera cependant déjoué par un extraterrestre nommé Krang, qui cherche à s'allier à Shredder afin de retrouver trois morceaux d'une clé interdimensionnelle. Laquelle permettrait de faire entrer une arme de destruction massive dans notre monde. Le duo maléfique transforme alors en mutants deux repris de justice, pour donner du fil à retordre aux tortues. Celles-ci pourront en revanche compter sur l'aide d'April et d'un gardien de fourgon ayant été témoin de l'évasion de Shredder.

Bien que possédant un ton plus près de la bande dessinée d'origine, cette suite du film de 2014 n'en est pas plus digeste. La faute à un scénario échevelé, qui multiplie inutilement les sous-intrigues et les faire-valoir, une réalisation racoleuse et clippée, qui échoue à maintenir la tension lors d'un dernier acte très confus, et une interprétation sans saveur.

TRANSFIXED

Canada. 2015. 75 min.

Documentaire de Alon Kol.

À 45 ans, Martine Stonehouse a appris qu'elle était atteinte du syndrome d'Asperger. Un défi de plus pour cette transsexuelle torontoise, qui collectionne les plaques d'immatriculation et les postes de télévision. Martine peut cependant compter sur John, son fiancé avec qui elle vit depuis 2003 et qui souffre lui aussi de ce syndrome. S'ils ont tous deux réussi à créer un mode de vie qui leur convient, reste un obstacle à franchir: l'opération de changement de sexe de Martine, qui convaincra définitivement John de l'épouser. Une décision de justice donne raison à la transsexuelle contre le gouvernement conservateur, qui refusait de prendre en charge les frais d'une telle opération. Or, le seul médecin canadien qui pratique ce genre d'intervention refuse de procéder en raison des problèmes de poids de Martine.

Abordant des sujets très délicats, Alon Kol évite le piège du sensationnalisme pour observer avec respect un couple hors normes. Malgré quelques longueurs et maladresses de style, la mise en scène chaleureuse et dynamique met en valeur la ténacité et le caractère attachant de ces héros du quotidien, aussi sincères que touchants.