NOUVELLES
02/06/2016 01:54 EDT | Actualisé 03/06/2017 01:12 EDT

La Norvège étend l'interdiction de vol de l'hélicoptère Super Puma

La Norvège a annoncé jeudi l'extension de l'interdiction de vol du Super Puma d'Airbus Helicopters, un mois après un accident qui a coûté la vie à 13 personnes et qui semble dû à une défaillance mécanique.

L'interdiction déjà instituée pour les vols commerciaux de deux versions de l'hélicoptère, l'EC225LP (ou H225) plus moderne et l'AS332L2 plus ancien, s'applique désormais aux appareils opérant dans la recherche et le sauvetage, a indiqué l'Autorité de l'aviation civile dans un communiqué.

Cette décision intervient après la publication mercredi soir d'un rapport préliminaire de l'Organisme norvégien d'enquête sur les accidents (AIBN). Celui-ci évoque une usure apparente sur l'hélicoptère accidenté d'éléments --les "planétaires"-- de la boîte de transmission principale qui permet la transmission de la puissance des moteurs vers le rotor principal.

"Il est important de noter que l'accident fait toujours l'objet d'une enquête de l'Organisme d'enquête sur les accidents et que sa cause n'a pas encore été établie", a souligné l'Autorité de l'aviation civile.

Cette piste, si elle était confirmée, pourrait engager la responsabilité d'Airbus Helicopters.

"S'il y a de l'usure, ce serait un problème de design et ce serait la responsabilité du fabricant", a déclaré à l'AFP le directeur de communication du constructeur, Yves Barillé.

"On assumera nos responsabilités mais il y a encore beaucoup de questions. Cette usure est-elle la cause ou la conséquence (...) de quelque chose qui s'est passé avant?", a-t-il précisé, en soulignant que "l'enquête se poursuit".

Cheval de trait de l'industrie offshore, un Super Puma, qui transportait 11 Norvégiens, un Britannique et un Italien revenant d'une plateforme pétrolière de la mer du Nord vers le continent, s'était écrasé le 29 avril sur la côte près de Bergen (ouest).

L'accident avait entraîné l'interdiction des vols commerciaux de Super Puma en Norvège mais aussi en Grande-Bretagne où plusieurs accidents, certains mortels, ont impliqué des appareils de ce type ces derniers années en raison de problèmes de rotor.

Les enquêteurs privilégient l'hypothèse d'une défaillance technique, que semblent accréditer les images de l'accident, où l'on voit le rotor principal détaché de la carlingue et virevolter seul en l'air avant le crash.

L'AIBN, qui a très tôt exclu une erreur humaine, a dit le 27 mai privilégier trois scénarios techniques.

Sans exclure aucun de ces scénarios, il a précisé mercredi soir avoir recommandé à l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) de "prendre des mesures immédiates pour garantir la sûreté de la boîte de transmission principale du H225".

L'AESA n'était pas joignable jeudi pour un commentaire.

Privée de Super Puma de sauvetage pour ses opérations en mer, la compagnie pétrolière Statoil a dit se mobiliser "pour préserver les exigences en matière de situations d'urgence".

hh-phy/ia

AIRBUS GROUP

STATOIL