NOUVELLES
02/06/2016 15:53 EDT | Actualisé 03/06/2017 01:12 EDT

Fifa/Corruption: verdict repoussé à novembre pour Jeffrey Webb

Jeffrey Webb, l'un des protagonistes du scandale de la Fifa, ne sera fixé sur sa peine que le 18 novembre, a décidé un juge américain jeudi alors que l'ancien dirigeant de Confédération d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf) devait initialement connaître la décision vendredi.

L'homme de 51 ans, originaire des îles Caïmans, devait être le premier prévenu à se voir notifier sa peine à New York après le scandale de corruption qui a ébranlé le sommet du football mondial.

Extradé aux Etats-Unis après avoir été arrêté en mai 2015 en Suisse, M. Webb a plaidé coupable de malversations, fraude, racket et blanchiment d'argent.

Son avocat Edward O'Callaghan a réclamé dans une lettre au juge new-yorkais Raymond Dearie que le verdict soit "repoussé au 18 novembre" sans donner de raison. Un document judiciaire montre que le juge a accepté cette requête.

Jeffrey Webb avait été le premier des anciens dirigeants de la Fifa à être exposé publiquement lors d'un procès à New York en juillet. Il avait trouvé un arrangement en novembre, acceptant de payer plus de 6,7 millions de dollars d'amende dans le cadre de sa condamnation.

Le mois dernier, le tribunal a allégé les conditions de sa libération sous caution. Il est désormais autorisé à se déplacer jusqu'à 80 kilomètres (au lieu de 30) autour de son domicile de Loganville en Géorgie (sud-est).

C'est une caution de dix millions de dollars qui lui avait permis d'être libéré en juillet dernier, déclenchant l'ire des avocats de la Fifa. Il a maintenu depuis son train de vie de milliardaire, pariant et arrosant de champagne les fêtes à son domicile.

Au total, 40 dirigeants de fédérations de football et hommes d'affaires sont dans le viseur de la justice américaine, accusés d'avoir reçu des pots-de-vin dans le plus vaste scandale de corruption de l'histoire du football.

jm/faa/elc