NOUVELLES
02/06/2016 00:05 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

Droits de l'homme: le chef de la diplomatie chinoise tance une journaliste canadienne

Le ministre chinois des Affaires étrangères a tancé mercredi à Ottawa une journaliste canadienne qui l'avait interrogé sur le bilan de son pays en matière des droits de l'homme, affirmant qu'elle "n'avait pas le droit" d'aborder ce sujet.

"Votre question est empreinte de préjugés et d'arrogance", a répliqué Wang Yi lors d'une conférence de presse en présence de son homologue canadien Stéphane Dion. "C'est totalement inacceptable".

"Personne ne connaît mieux que le peuple chinois lui-même la situation des droits de l'homme en Chine. Vous n'avez pas le droit de parler. Ne reposez plus ce genre de questions irresponsables".

La Chine a pour habitude de condamner les pays qui critiquent son bilan en matière de droits de l'homme mais généralement pas dans des termes aussi directs.

Le président chinois Xi Jinping avait toutefois admis l'année dernière à Londres que son pays pouvait mieux faire pour améliorer les libertés dans son pays.

La visite au Canada du chef de la diplomatie chinoise, qui a également rencontré le Premier ministre Justin Trudeau, avait été présentée par la presse canadienne comme une tentative d'améliorer les relations sino-canadiennes dans la perspective de la conclusion d'un traité de libre-échange.

Les relations entre les deux pays avaient été entachées par l'arrestation en 2014 d'un Canadien pour espionnage. Kevin Garrat, un chrétien qui tenait un café non loin de la frontière nord-coréenne a été inculpé en janvier dernier et sa femme libérée sous caution.

amc-bdh/tjh/rap/ia