NOUVELLES
02/06/2016 13:21 EDT | Actualisé 03/06/2017 01:12 EDT

Dette: un fonds américain réclame 1,6 milliard de dollars au Pérou

Le fonds d'investissement américain Gramercy a annoncé jeudi avoir lancé une procédure d'arbitrage contre le Pérou pour obtenir le remboursement de 1,6 milliard de dollars de dette contractée sous la dictature militaire.

Pendant le régime militaire (1968-1980), le Pérou avait exproprié des millions d'hectares de terre et émis, en compensation, des obligations qui n'ont jamais été payées et qui ont été en partie rachetées des années plus tard par ce fonds d'investissement new-yorkais.

"Gramercy a essayé de négocier avec le gouvernement péruvien afin de trouver une solution sur la dette liée aux bons agricoles. Le gouvernement a constamment refusé de lancer des discussions sérieuses", indique le fonds dans un communiqué transmis à l'AFP.

Avec cette procédure, fondée sur le traité de libre-échange entre le Pérou et les Etats-Unis, Gramercy veut porter le litige devant un tribunal d'arbitrage qui reste à constituer et qui sera basé à New York.

Le ministère péruvien de l'Economie a aussitôt réagi en assurant qu'il se défendrait "fermement" et "dans le cadre de la loi" tout en s'en prenant au fonds Gramercy, selon l'agence de presse officielle du Pérou Andina.

"C'est la dernière tentative en date de priver le Pérou de ses droits après des initiatives similaires dans le passé", a poursuivi le ministère.

Selon lui, cette action n'est destinée qu'à satisfaire "les intérêts particuliers" de Gramercy à un moment charnière pour le Pérou.

Le pays doit désigner dimanche son nouveau président à l'issue du deuxième tour des élection qui départagera Keiko Fujimori et Pedro Pablo Kuczynski.

En février, les autorités péruviennes avaient accusé Gramercy d'activité "spéculative" et d'avoir refusé un compromis "raisonnable" prévoyant un remboursement à des conditions bien plus favorables au pays.

Après des années de litige judiciaire, un autre pays d'Amérique du Sud, l'Argentine, avait dû rembourser quelque 4,6 milliards à des fonds dits vautours qui avaient racheté des titres de dette à prix cassés après la faillite du pays en 2001.

Spécialisé dans les pays émergents, le fonds Gramercy assure gérer 6,3 milliards de dollars d'actifs.

jt/jld/elc