NOUVELLES
02/06/2016 09:08 EDT | Actualisé 03/06/2017 01:12 EDT

Burkina: le gouvernement nomme une commission pour rédiger une nouvelle constitution

Le gouvernement burkinabé a nommé mercredi une commission de 92 personnes chargée de la rédaction d'une nouvelle constitution, en vue de "tourner définitivement la page Compaoré", a-t-on appris jeudi de source officielle à Ouagadougou.

La liste des membres de cette commission, publiée dans un communiqué du conseil des ministres, comprend notamment des représentants du chef de l'Etat, des partis politiques, de la société civile, des forces de défense et de sécurité, et des juristes.

Élu fin novembre, le président Roch Marc Christian Kaboré s'est engagé à écrire une nouvelle Constitution en vue du passage à la 5e République pour "tourner définitivement la page Compaoré, car l'actuelle Constitution a été écrite sous l'influence des tenants du pouvoir d'alors".

Blaise Compaoré, ancien officier, était arrivé au pouvoir par un putsch en 1987.

Après quatre mandats successifs, il avait tenté de se maintenir au pouvoir et de modifier la Constitution en 2013. Cette tentative a marqué le début d'un soulèvement populaire, fatal à son régime.

A la mi-mars, le nouveau gouvernement avait annoncé la mise en place de cette commission constitutionnelle pour rédiger dans les "60 jours", un "avant-projet" en vue d'une nouvelle constitution, comme convenu lors de la période de transition.

Début novembre, juste avant l'arrivée de M. Kaboré au pouvoir, les députés du Conseil national de la transition (CNT), l'assemblée intérimaire mise en place après la chute de M. Compaoré, avaient d'ores et déjà adopté un amendement constitutionnel qui verrouille le nombre de mandats présidentiels.

roh/eak/ck/spb