NOUVELLES
01/06/2016 10:25 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

Syrie: l'opposition veut une trêve pour le ramadan

L'opposition syrienne a demandé à l'ONU d'initier à l'occasion du ramadan qui débute dans les prochains jours une trêve dans toute la Syrie à l'exception des secteurs sous contrôle du groupe Etat islamique (EI), a affirmé mercredi à l'AFP Basma Kodmani, du HNC.

"Nous avons demandé aux Nations unies une trêve dans les secteurs contrôlés par les parties à même de la respecter - le régime et l'opposition", a dit Mme Kodmani, membre du Haut comité des négociations (HCN) qui regroupe les principaux représentants de l'opposition et de la rébellion syriennes.

"Nous parlons de toute la Syrie sauf des zones sous contrôle de l'EI", a-t-elle souligné.

L'opposition n'a pas demandé à exclure les jihadistes du Front al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, de cette trêve, a-t-elle affirmé, expliquant que "la présence d'al-Nosra dans certaines zones servait au régime de prétexte pour continuer à bombarder pendant la trêve".

Selon Mme Kodmani, l'opposition a reçu une réponse de l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, affirmant qu'"ils travaillaient sur la requête".

Le coordinateur du HCN, Riyad Hijab, a lui annoncé mercredi avoir envoyé le 28 mai une lettre au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon lui demandant de "réaffirmer l'obligation du régime et de ses alliés d'adhérer à une cessation globale et totale des hostilités à travers tout le territoire syrien, sans exception, durant le ramadan", qui débute cette année aux alentours du 6 juin.

Une trêve initiée par les Américains et les Russes est entrée en vigueur le 27 février mais elle a été violée à plusieurs reprises. Les groupes jihadistes, comme l'EI et le Front Al-Nosra sont exclus de cette trêve.

A l'heure actuelle, les bombardements se poursuivent entre rebelles et régime par intermittence, notamment dans la métropole d'Alep (nord) et près de la capitale Damas.

rh-lar/feb/mer