NOUVELLES
01/06/2016 04:04 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

Pollution de l'air: les maires de Paris et Londres interpellent l'UE

Les maires de gauche de Paris et Londres ont interpellé dans une lettre commune l'Union européenne pour qu'elle adopte "des objectifs contraignants" en matière de pollution de l'air, "enjeu de santé publique".

Dans cette lettre datée du 27 mai dont l'AFP a eu copie mercredi, la socialiste française Anne Hidalgo et le travailliste britannique Sadiq Khan "appellent les institutions européennes et tous les Etats membres à adopter des objectifs contraignants pour 2025 et 2030", dans le cadre des négociations sur la future directive concernant les plafonds d'émissions de produits nocifs dans l'air.

Les ministres de l'Environnement de l'UE sont parvenus difficilement à un premier accord le 16 décembre 2015 sur ce projet destiné à durcir les normes antipollution.

Mais cet accord doit être suivi de négociations entre le Conseil et le Parlement européen avant finalisation en 2016 par l'exécutif européen.

Les plafonds d'émissions "doivent au minimum être les mêmes que ceux adoptés par le Parlement européen en octobre 2015", indique la lettre, "quoique nous pensions qu'une ambition plus grande est nécessaire".

Etant donné leur rôle dans la pollution de l'air, il est par ailleurs "essentiel que le méthane (CH4) et l'ammoniac (NH3) soient dans le viseur de la directive", ajoutent également les deux maires. Le méthane n'a ainsi pas fait l'objet d'accord lors des négociations.

La lettre rappelle le cri d'alarme lancé par Anne Hidalgo et 19 autres maires européens concernant la décision de la Commission européenne d'augmenter les seuils autorisés d'émissions diesel. "Il est inacceptable de fixer des seuils d'émissions pour ensuite permettre de les violer", écrivent-ils.

Mme Hidalgo a récemment annoncé à ce propos deux recours devant la justice européenne, qui ne sont pas encore formellement déposés, a indiqué la mairie de Paris.

La maire de Paris, très active sur le front de la lutte contre la pollution, est seule candidate à la présidence du C40 (Cities Climate Leadership Group), un réseau de villes qui fédère 83 des plus grandes villes du monde (600 millions de personnes et un quart de l'économie mondiale) pour lutter contre le dérèglement climatique.

ff/mat/bpi/pjs/ros