Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'avenir d'ArcelorMittal préoccupe la Côte-Nord

La décision d'ArcelorMittal de cesser ses activités sur la Côte-Nord en 2030, 15 ans plus tôt que prévu, cause tout un émoi.

Un texte d'Alix-Anne Turcotti

Depuis plus d'une décennie, ArcelorMittal, qui emploie 2500 personnes, est le moteur économique des villes de Port-Cartier et de Fermont.

Le maire de Fermont, Martin St-Laurent s'est dit très préoccupé par la situation.

Il veut cependant rester positif estimant que la décision de la minière n'est pas définitive.

La mairesse de Port-Cartier, Violaine Doyle, estime que c'est une mauvaise nouvelle pour sa ville, mais ne craint pas d'impact immédiat.

Elle estime cependant que le gouvernement du Québec aurait intérêt à discuter avec la minière.

La mairesse souhaite que cette annonce ne provoque pas un départ massif des jeunes familles. « J'espère que les familles vont comprendre que leurs emplois ne sont pas menacés à court terme », affirme-t-elle.

Le dossier rebondit à l'Assemblée nationale

Lorraine Richard, la députée de la circonscription de Duplessis, s'est dite très inquiète pour les familles de la Côte-Nord, lors de la période des questions mercredi matin.

À court terme, le gouvernement ne prévoit pas aider financièrement ArcelorMittal.

Pierre Arcand, le ministre des Ressources naturelles et ministre responsable de la Côte-Nord, affirme que son gouvernement a déjà investi massivement sur la Côte-Nord pour relancer le Plan Nord.

Le porte-parole d'ArcelorMittal, Paul Wilson, a fait savoir que pour le moment cette décision n'était pas définitive. La compagnie est toujours en recherche de financement pour poursuivre ses activités au-delà de 2030.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.