NOUVELLES
01/06/2016 08:42 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

Israël: l'émissaire de l'ONU accuse un parti du gouvernement de "tuer" les espoirs de paix

L'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient Nickolay Mladenov a accusé mercredi un allié clé de la coalition du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de "tuer les espoirs" de paix.

M. Mladenov faisait allusion à une déclaration de la ministre de la Justice Ayelet Shaked, du parti nationaliste Foyer juif, qui avait affirmé que sa formation ne soutiendrait jamais la "solution à deux Etats", israélien et palestinien coexistant dans la paix et la sécurité.

"La détermination de certains ministres israéliens à bloquer toute avancée et tuer l'espoir en soutenant la colonisation illégale et en rejetant l'idée d'un Etat palestinien est inquiétante", a-t-il affirmé dans une déclaration à l'AFP.

Benjamin Netanyahu a signé cette semaine un accord de coalition avec le parti Israël Beiteinou et son dirigeant ultra-nationaliste Avigdor Lieberman, le nommant ministre de la Défense.

Le choix de M. Lieberman pour superviser la politique israélienne en Cisjordanie occupée avait suscité l'inquiétude mais ce dernier s'est voulu rassurant en affirmant qu'il était favorable à l'option de "deux Etats pour deux peuples".

En réaction, le parti Foyer juif, une autre formation nationaliste de la coalition considérée comme la plus à droite de l'histoire du pays a déclaré s'opposer à cette solution.

"Tant que nous serons dans ce gouvernement, il n'y aura pas d'Etat palestinien, ni d'évacuations de colonies et nous ne donnerons aucune terre à nos ennemis", a déclaré mardi Mme Shaked, selon les médias locaux.

Pour M. Mladenov, cette déclaration est particulièrement inquiétante "venant au lendemain de signes encourageants du Premier ministre".

La veille, M. Netanyahou avait affirmé: "Mon engagement à faire la paix avec les Palestiniens et avec tous nos voisins reste le même".

Il a remis sur la table l'initiative de paix arabe en se disant "prêt à négocier" avec les Etats arabes "en vue d'une actualisation de cette initiative qui reflète les changements intervenus dans la région depuis 2002".

L'initiative de paix présentée par la Ligue arabe en 2002, et confirmée en 2007, envisageait des relations normalisées avec Israël dans le cadre d'une paix globale et d'un retrait israélien des Territoires palestiniens.

Des représentants de 30 pays et organisations internationales doivent se réunir vendredi à Paris pour discuter de l'initiative française d'un plan de paix, malgré l'opposition du gouvernement israélien à ce plan.

jod/mib/feb