NOUVELLES
01/06/2016 06:11 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - L'équipe de France et l'intégration, sujet brûlant depuis 15 ans

La polémique provoquée par Karim Benzema montre que l'équipe de France est depuis quinze ans le réceptacle des questions sensibles de l'intégration ou des banlieues françaises.

. France-Algérie, la Marseillaise sifflée

6 octobre 2001, la France reçoit l'Algérie à Saint-Denis. Une première avec l'ancienne colonie, un demi-siècle après un douloureux conflit (1954-1962), qui vire au fiasco. La Marseillaise est d'abord copieusement sifflée et huée par une partie du public. Puis à un quart d'heure de la fin du match, alors que la France mène 4-1, le terrain est envahi par de nombreux spectateurs, certains brandissant des drapeaux algériens.

. Anelka: de Santini à Domenech

16 novembre 2002. Appelé pour pallier une absence, Nicolas Anelka, figure de proue du foot des banlieues, refuse la sélection. Jacques Santini, le sélectionneur de l'époque, "m'a demandé de montrer que j'avais envie de reporter le maillot de l'équipe", dit l'attaquant, vexé d'avoir été considéré comme une roue de secours.

A l'été 2003, il enfonce le clou dans la presse: "Qu'il commence par se mettre à genoux devant moi et ensuite, j'aviserai". Il finit par présenter des "excuses publiques" à Santini et à l'équipe de France.

Sélectionné pour le Mondial-2010, Anelka est exclu des Bleus en pleine compétition pour avoir insulté le sélectionneur Raymond Domenech à la mi-temps de France-Mexique. Le groupe fait une grève d'entraînement pour contester la sanction. La FFF suspendra finalement Anelka pour 18 matches.

. L'affaire des quotas

Le site d'investigation Mediapart publie une enquête dans laquelle il accuse la FFF d'avoir "approuvé, dans le plus grand secret début 2011, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formations et les écoles de foot du pays". Ciblés, un haut responsable de la fédération et le sélectionneur Laurent Blanc. Ce dernier répond que ce projet "n'existe pas". Mais finira par s'excuser après la diffusion d'un enregistrement de cette réunion, où on l'entend dire: "Qu'est-ce qu'il y a actuellement comme grands, costauds, puissants? Les Blacks. Et c'est comme ça".

. Anelka: de Dieudonné à Houllier

En décembre 2013, Anelka évolue à West Bromwich Albion. Pour célébrer son premier but, il mime une "quenelle", considérée comme un salut nazi inversé, en hommage à l'humoriste controversé Dieudonné, plusieurs fois condamné pour des propos jugés antisémites. Il écope de 5 matches de suspension infligés par la Fédération anglaise.

Octobre 2015, dans une vidéo, Anelka accuse de racisme Gérard Houllier, son ancien entraîneur à Liverpool qui vient de sortir un livre. "Il dit que mes frères voulaient me vendre au plus offrant et que c'était la seule fois de sa vie qu'il avait vu des noirs rougir." Et de prêter à Houllier d'autres propos datant selon lui de 2002: "Vous les noirs, quand on vous donne de l'argent vous ne foutez plus rien".

. Les insultes de la compagne de Nasri

Alors qu'il a décidé de se passer de Samir Nasri pour le Mondial-2014, Didier Deschamps se fait insulter sur twitter par la compagne anglaise du joueur. "Nique la France !!!! Et nique Deschamps !!! Coach de merde !!! Oui, j'insulte bien une nation de racistes", écrit Anara Atanes. Nasri avouera plus tard avoir laissé faire: "Tu veux l'insulter, insulte-le, tu veux insulter l'équipe de France, insulte-la si tu veux, mais n'insulte pas le pays".

. Benzema et les accusations racistes

Le 13 avril, la FFF décide de priver d'Euro Karim Benzema, mis en examen depuis plusieurs mois dans l'affaire de tentative de chantage à la sex-tape sur son coéquipier de sélection Mathieu Valbuena, au nom de l'"exemplarité et de la préservation du groupe".

Le 26 mai, une déclaration polémique de l'ancien international Eric Cantona au Guardian met le feu aux poudres. Selon lui, Deschamps a écarté Benzema et Hatem Ben Arfa (réserviste) à cause de leurs "origines nord-africaines". Benzema, qui vient de remporter la Ligue des champions avec le Real Madrid, accuse Deschamps d'avoir "cédé à la pression d'une partie raciste de la France".

nip/pgr/pyv