NOUVELLES
01/06/2016 01:49 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Conte: l'atout de l'Italie "c'est le jeu collectif"

L'atout de l'Italie, "c'est le jeu collectif": à la tête d'une équipe sans génie et handicapée par les blessures, le sélectionneur Antonio Conte a expliqué dans un entretien avec trois médias français dont l'AFP que les Azzurri misaient tout sur le jeu en équipe et le sens du sacrifice.

Q: L'Italie vit une période compliquée. Que peut-elle espérer à l'Euro ?

R: "Ca n'est pas une période très simple pour le football italien. Il est très difficile de trouver des joueurs disponibles pour la Nazionale, avec en plus les blessures d'éléments importants. J'espère que c'est un problème de génération et qu'ensuite arriveront de nombreux talents. Mais quand on regarde le passé, il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt: il y avait plus de ressources. Il faut pourtant penser de manière positive, travailler pour essayer d'obtenir le meilleur résultat à l'Euro. Je ne crois pas qu'il faille se fixer d'objectifs, mais pas non plus de limites. Je veux arriver là où cette équipe le mérite."

Q: Les absences de Marchisio et Verratti pèsent particulièrement...

R: "Bien sûr. Ce sont des joueurs de grand talent, mais qui ont aussi une grande expérience du haut niveau en club. On ne peut pas dire que leurs absences passent inaperçues."

Q: Comment situez-vous votre équipe ?

R: "Si l'on compare avec les meilleurs, il est facile de voir la différence qui existe. Donc on doit travailler beaucoup, essayer le plus possible de former une équipe, surprendre un peu aussi."

Q: Vous débutez contre la Belgique, une des favorites. Son sélectionneur pense que le perdant sera éliminé...

R: "Au Brésil, on gagne le premier match contre l'Angleterre mais on a pourtant été éliminés. Ce match ne comptera pas tant que ça pour la qualification, il en restera deux. Mais ça comptera pour le classement du groupe et donc pour la suite du parcours, plus ou moins difficile. Mais il est important aussi d'avoir des réponses. La Belgique est une des équipes les plus fortes et ce match peut nous apprendre beaucoup."

Q: Toute la poule est difficile...

R: "C'est peut-être le groupe le plus dur, certainement le plus équilibré, avec aucun match gagné d'avance. Il suffit de voir le parcours de l'Irlande, sortie d'une poule difficile en battant l'Allemagne. Mais c'est peut-être mieux comme ça."

Q: Vous avez des problèmes au milieu, l'attaque n'est pas votre point fort, mais vous avez une bonne défense...

R: "Encore heureux !"

Q: Cela peut-il suffire ?

R: "Non. On ne peut pas espérer gagner en défendant et en attendant les contres, ni juste en attaquant. Il faut trouver l'équilibre. Mais dans un moment pareil, avoir une certitude comme la défense de la Juventus permet d'espérer. Donc je pars de là pour construire l'équipe. Mais le foot doit être toujours positif. On essaiera d'être très précis dans la phase défensive mais on doit aussi être bons avec le ballon. On peut faire mal. Nous avons un joueur important, c'est le jeu en équipe. Notre fuoriclasse (champion, joueur hors pair en italien, ndlr), ça doit être le jeu collectif."

Q: Vous avez aussi un grand gardien...

R: "Buffon est une référence. Je l'ai eu comme équipier à la Juve, puis il était mon gardien quand j'entraînais la Juve et il l'est encore maintenant en sélection. Il est important pour moi parce que les plus expérimentés doivent porter les autres, les mettre dans la bonne direction."

Q: Les joueurs sont-ils prêts à vous suivre sur ce chemin fait de sacrifices ?

R: "Ils ont compris que pour nous, le chemin à prendre c'est celui du travail, être une équipe, s'entraider. Avec nos qualités, l'intensité, l'organisation tactique, on peut peut-être surmonter nos difficultés. Ceux qui ont le plus d'expérience, ceux qui ont le plus gagné, savent très bien le chemin qu'il faut suivre."

Q: Vous êtes un entraîneur qui aime particulièrement le travail tactique. Le rôle de sélectionneur n'a-t-il pas été frustrant ?

R: "Ca a été une expérience fantastique. Ca m'a fait progresser et je pense que la Nazionale a toujours eu un style ces deux dernières années. Quand on regarde les matches, je pense qu'on peut voir mes idées, mon empreinte sur le jeu. C'est une grande satisfaction parce que ce n'est pas facile avec si peu de temps."

Propos recueillis par Stanislas TOUCHOT

stt/mam