NOUVELLES
01/06/2016 11:11 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

De la grogne et de l'angoisse au sein de certaines stations régionales de TVA

TROIS-RIVIÈRES, Qc — Des syndiqués s'inquiètent pour l'avenir de leur emploi dans la foulée du transfert à Montréal de la réalisation de bulletins de nouvelles régionales du Groupe TVA.

L'employeur a signifié son intention de moderniser des stations régionales pour permettre la diffusion en haute définition des bulletins régionaux. Or, cette modernisation entraînera une réduction du nombre d'employés.

Selon le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), la réalisation des bulletins de nouvelles à partir de Montréal entraînera une diminution de la qualité du contenu local offert aux gens des régions et une perte de contrôle de la production.

À la fin du mois d'août, la station de Trois-Rivières devrait être la première à faire les frais de ce changement. Cinq postes sur les 40 que compte la station seront affectés par ce changement.

Le président du syndicat qui regroupe les employés de Trois-Rivières, Sherbrooke et Rimouski, Richard Labelle, a dénoncé l'intention du Groupe TVA, lors d'une conférence de presse tenue mercredi. Il affirme que l’inquiétude est palpable dans les régions. Il souligne qu'on assiste à un rétrécissement des stations régionales depuis de nombreuses années et à une centralisation continue des opérations.