NOUVELLES
01/06/2016 05:54 EDT | Actualisé 02/06/2017 01:12 EDT

Arabie: 14 condamnations à mort pour des troubles dans une ville chiite (presse)

Un tribunal saoudien a condamné à mort mercredi 14 personnes originaires de l'est du royaume, où se concentre la minorité chiite, a rapporté le quotidien Al-Riyadh dans son édition en ligne.

Les condamnés à mort font partie d'un groupe de 24 personnes qui étaient jugées pour "meurtre d'agents de sécurité et vol de passants à Awamiya".

Une personne a été acquittée et les autres condamnées à des peines de prison allant de 3 à 15 ans, a ajouté le journal sans fournir d'autres précisions.

Awamiya, une ville d'environ 30.000 habitants, est le théâtre d'incidents à répétition depuis le début en 2011 du mouvement de protestation des chiites d'Arabie saoudite qui s'estiment marginalisés dans un pays à dominante sunnite.

Des centaines de personnes ont été arrêtées dans cette ville et d'autres localités de la province orientale, selon Amnesty International.

Au début de l'année, Awamiya a connu des protestations violentes après l'exécution de Nimr al-Nimr, un dignitaire chiite dissident, condamné à mort pour "terrorisme".

Ce religieux avait été le principal animateur du mouvement de protestation. Il faisait partie, avec trois autres chiites, d'un groupe de 47 condamnés à mort qui avaient été exécutés le 2 janvier.

Ali Adubisi, directeur de l'European Saudi Orgnisation for Human Rights, basée à Berlin, a indiqué ne pas avoir reçu de confirmation de la condamnation à mort de 14 personnes.

"Nous savons que 24 personnes sont en jugement", a-t-il dit à l'AFP, ajoutant qu'elles étaient toutes originaires de la région de Qatif, où se trouve Awamiya.

Selon lui, les 24 personnes ne sont pas toutes impliquées dans les protestations et la justice saoudienne "mélange" criminels et protestataires lors des procès.

Amnesty International s'est inquiétée vendredi du nombre croissant d'exécutions en Arabie saoudite où 95 personnes ont été exécutées depuis le début de l'année, selon un décompte de l'AFP.

it/mh/cmk