NOUVELLES
31/05/2016 09:18 EDT | Actualisé 01/06/2017 01:12 EDT

Sanctions contre Moscou: pas de "changement" à l'occasion de la visite de Juncker

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a averti mardi qu'il n'y aurait pas de "changement" à attendre de l'Union européenne à l'égard des sanctions contre la Russie à l'occasion de sa visite prévue en juin à Saint-Pétersbourg.

"Ma visite à Saint-Pétersbourg, qui a une dimension économique avant d'avoir une dimension politique, ne sera pas l'occasion pour l'Union européenne d'annoncer un quelconque changement de notre attitude à l'égard de la Russie", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec l'Association de la presse présidentielle (APP) française à Paris.

"Je ne vais pas changer l'appréciation générale que porte l'Union européenne sur les agissements de Monsieur Poutine", le président russe, a souligné Jean-Claude Juncker.

Il a rappelé avoir "vu à plusieurs reprises (Vladimir Poutine) pour lui dire que les sanctions restent ce qu'elles sont tant que les accords de Minsk (sur la paix en Ukraine, NDLR) n'auront pas été traduits dans les faits".

Le président de la Commission a observé que l'annonce de sa visite avait "fait des remous dans certains Etats membres" de l'UE, estimant toutefois qu'ils n'avaient "pas lieu d'être".

"La liste des représentants des Etats membres de l'Union européenne qui se sont déplacés en Russie et donc à Moscou ces derniers mois est assez impressionnante", a-t-il observé, soulignant qu'il ne se rendait pour sa part pas dans la capitale.

Jean-Claude Juncker assistera le 16 juin à un forum économique international à Saint-Pétersbourg, dans un contexte de tensions avec la Russie, soumise depuis 2014 à des sanctions de l'UE et des Etats-Unis liées au conflit ukrainien. L'UE doit décider fin juin de proroger ou non ces sanctions.

Le président de la Commission devrait rencontrer Vladimir Poutine à l'occasion de cette visite à Saint-Pétersbourg, a déclaré lundi un porte-parole de l'exécutif européen, n'y voyant aucune "incompatibilité" avec la décision à venir sur la prorogation ou non des sanctions.

ha/mat/mw/lpt