NOUVELLES
31/05/2016 03:01 EDT | Actualisé 01/06/2017 01:12 EDT

Menace de "catastrophe humanitaire" à Fallouja en Irak, avertit une ONG

Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a mis en garde mardi contre une "catastrophe humanitaire" dans la ville irakienne de Fallouja, que les forces irakiennes tentent depuis plus d'une semaine de reprendre au groupe Etat islamique (EI).

Dans un communiqué, le secrétaire général de l'ONG Jan Egeland, a réitéré son appel à mettre en place des couloirs d'évacuation sécurisés pour les quelque 50.000 civils pris au piège des violences à Fallouja, à 50 km à l'ouest de Bagdad.

"Les belligérants doivent garantir aux civils une sortie sécurisée dès maintenant, avant qu'il ne soit trop tard et que plus de vies soient perdues", a-t-il affirmé. "Une catastrophe humanitaire se profile à Fallouja, des familles sont prises au piège entre les belligérants sans possibilité de sortir en sécurité".

Le groupe jihadiste est soupçonné de vouloir utiliser les civils comme boucliers humains pour défendre la ville.

Depuis le début de l'offensive des forces irakiennes sur ce bastion jihadiste le 23 mai, seulement une des centaines de familles qui ont réussi à fuir le secteur vient du centre-ville de Fallouja, selon le NRC, qui gère des camps dans une zone sous contrôle du gouvernement où ces civils en fuite ont trouvé refuge.

"Il n'y a pas assez d'eau potable (pour tout le monde) et la situation va vite s'aggraver avec l'été qui arrive et des températures qui vont probablement atteindre les 50 degrés celsius", a déclaré Jan Egeland.

D'après le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui cite des chiffres fournis par les autorité irakiennes, ce sont "environ 3.700 personnes (624 familles)" qui ont fui Fallouja depuis le début l'assaut militaire.

Le HCR a aussi affirmé dans un communiqué qu'il avait eu connaissance d'informations faisant état de civils victimes de bombardements dans le centre-ville de Fallouja, dont 7 membres d'une même famille le 28 mai, et de centaines de familles utilisées comme boucliers humains par l'EI.

jmm/bpe/tp