NOUVELLES
31/05/2016 13:51 EDT | Actualisé 01/06/2017 01:12 EDT

L'ASFC annonce avoir intercepté des armes destinées à l'Irak en février

TORONTO — Les autorités frontalières ont effectué une saisie de pièces d'armes et d'équipements de police qui avaient pour destination l'Irak à l'aéroport Pearson de Toronto.

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) indique que la découverte des armes découle d'un incident survenu en février, alors qu'un homme qui faisait l'objet d'un avis de surveillance a été identifié au pont Rainbow, à Niagara Falls, par des agents frontaliers.

Au cours d'un interrogatoire avec l'homme, les agents de l'ASFC avaient découvert une facture de billets d'avion pour l'exportation de pièces d'automobiles en Irak.

Les suites de l'enquête ont mené à la découverte de documentation et de photos portant l'ASFC à soupçonner que la cargaison d'exportation, qui devait être expédiée de l'aéroport de Toronto, contenait en fait des pièces de canon.

Les agents en poste au pont Rainbow ont immédiatement communiqué avec leurs collègues de Toronto, qui ont par la suite repéré la cargaison dans un entrepôt des Services de fret de l'aéroport Pearson.

La porte-parole de l'ASFC, Antonella Digirolamo a expliqué que la saisie n'avait pas été annoncée avant mardi puisque l'agence était dans l'attente d'une confirmation de la part des Affaires mondiales que les armes contreviennent aux régulations des Nations unies concernant l'Irak.

Le contenu de l'envoi, qui a été remis à la Gendarmerie royale du Canada (GRC), contenait «de nombreuses pièces d’armes de poing et d’armes d’épaule, des insignes de police, des supports/étuis d’insigne et des vestes tactiques destinés pour l’Irak».

«L'interaction au pont Rainbow et la communication avec les collègues de Pearson, tout s'est passé très vite», a ajouté Antonella Digirolamo.

L'homme dont l'interrogatoire a mené à la saisie d'armes a été autorisé à retirer sa demande d'entrée au Canada par le pont de Rainbow et à retourner aux États-Unis.