NOUVELLES
31/05/2016 06:47 EDT | Actualisé 01/06/2017 01:12 EDT

JO-2016: les boxeurs pro à une marche de l'olympe

La boxe se prépare à un moment historique: l'ensemble des professionnels devrait être admis à participer aux jeux Olympiques, une petite révolution qui doit être avalisée mercredi par l'Association internationale de boxe amateur (AIBA).

Vladimir Klitshko, Tyson Fury ou d'autres stars américaines de la boxe foulant les rings olympiques? Si le timing semble un peu court pour les JO de Rio cet été, les grands noms de la boxe mondiale devraient en tout cas avoir désormais le choix.

Il y a en effet peu de suspense: la centaine de membres de l'AIBA réunis mercredi matin à Lausanne pour un congrès extraordinaire devraient se prononcer en faveur du principe de "l'éligibilité" de l'ensemble des boxeurs professionnels aux jeux Olympiques.

"Nous prenons cette décision, qui s'inscrit dans les recommandations de l'Agenda 2020 du CIO, pour l'avenir et dans la perspective de Tokyo-2020, car le cycle de qualification pour Rio est déjà largement entamé", explique-t-on à l'AIBA qui souligne qu'il s'agit d'une "étape supplémentaire dans l'évolution de la boxe".

La boxe qui a entrepris de se réformer en admettant les femmes aux Jeux en 2012 et en retirant les casques chez les hommes aux JO de Rio (comme c'était le cas jusqu'en 1984) poursuit donc sa mue.

Une première porte avait été ouverte aux professionnels par l'AIBA qui avait autorisé, il y a trois ans, les boxeurs pro ayant moins de quinze matches de pouvoir participer aux JO. Cette fois, il s'agit d'élargir la mesure à l'ensemble des pros.

La boxe, où la présence de nombreuses fédérations entretient parfois la confusion, ne ferait ainsi que rejoindre d'autres sports où les professionnels sont déjà admis aux Jeux, comme le tennis, le football, le golf ou le rugby.

-- Trop tard pour Rio --

Mais pour voir les stars dès cet été à Rio, les chances sont minces: il est en effet trop tard pour nombre d'entre eux pour se préparer dans les temps et disputer le dernier tournoi qualificatif programmé en juillet au Venezuela.

Le planning de Klitschko (médaillé d'or aux JO d'Atlanta en 1996 en tant qu'amateur) -- qui avait assuré en mars qu'il irait à Rio si la réforme était adoptée-- semble en effet déjà bouclé avec un combat le 9 juillet contre le Britannique Tyson Fury lors de leurs retrouvailles à Manchester pour les ceintures WBA et WBO.

Le Philippin Manny Pacquiao, qui rêvait de représenter son pays aux jeux Olympiques, a finalement annoncé fin mai qu'il y renonçait, préférant se concentrer sur sa nouvelle charge de sénateur.

"J'ai décidé de donner la priorité à mes fonctions législatives car je le dois aux gens qui ont voté pour moi", a expliqué à l'AFP l'octuple champion du monde qui a été élu sénateur le 9 mai dernier.

Et d'aucuns d'ajouter que certains professionnels pourraient avoir du mal à tenir le rythme de deux semaines d'épreuves.

Le congrès de l'AIBA devrait également être animé par un sujet beaucoup moins plaisant... La presse anglaise a en effet révélé la semaine dernière que la boxe était dans le collimateur de l'Agence mondiale anti-dopage (AMA). Selon le journal britannique Private Eye, un rapport de l'AMA pointerait en effet des défaillances du programme anti-dopage de l'AIBA qui n'aurait effectué que très peu de contrôles hors-compétition au cours de l'année précédent les JO.

Le président de l'AIBA, le Taïwanais Ching-Kuo Wu, également membre de la commission exécutive du CIO qui se réunit cette semaine à Lausanne, devra s'expliquer sur cette nouvelle affaire dont le mouvement olympique, en plein scandale de dopage notamment dans l'athlétisme russe, n'avait pas besoin.

ebe/cto