NOUVELLES
31/05/2016 08:03 EDT | Actualisé 01/06/2017 01:12 EDT

Israël: un ex-employé indemnisé pour traitements humiliants de Mme Netanyahu

Un ancien employé à la résidence du Premier ministre israélien a obtenu mardi des indemnités de 30.000 dollars pour "préjudice moral" de la part de l'épouse de Benjamin Netanyahu et violations du droit du travail, a indiqué le tribunal.

Le tribunal du travail de Jérusalem a donné raison à Guy Eliahu qui avait porté plainte pour des traitements humiliants dont il disait avoir été victime de la part de Sara Netanyahu.

Le plaignant avait affirmé lors des audiences que Mme Netanyahu lui avait ordonné de lui apporter à manger avant de le renvoyer avec le repas en l'accusant de vouloir la faire grossir.

Mme Netanyahu l'aurait aussi rappelé après minuit alors qu'il était rentré chez lui juste pour lui faire réchauffer un bol de soupe. Guy Eliahu l'a aussi accusée de l'avoir fait revenir au milieu de la nuit parce qu'il ne lui avait pas dit bonsoir dans les formes.

Les avocats de Mme Netanyahu ont nié tous ces faits. L'un d'eux a dit à la radio publique qu'ils feraient appel.

C'est l'Etat, responsable juridiquement du fonctionnement du bureau du Premier ministre, et la société privée qui employait Guy Eliahu qui devront payer les indemnités, dit le jugement.

Cette décision survient deux jours après que la police a annoncé avoir transmis au procureur les résultats d'une enquête visant les époux Netanyahu au sujet de l'utilisation présumée de fonds publics à des fins privées.

La police n'a donné aucun détail sur ses conclusions mais les médias ont assuré qu'elle recommandait des poursuites contre Mme Netanyahu pour fraude et abus de confiance.

Ces policiers avaient interrogé Mme Netanyahu en 2015 sur des faits présumés d'usage des fonds publics pour payer des meubles de jardin et des réparations dans leur villa personnelle de Césarée (ouest).

Dans une autre affaire, le contrôleur de l'État avait publié un rapport critique sur les voyages à l'étranger de M. Netanyahu, dont certains avec sa femme et ses enfants, entre 2003 et 2005, quand il était ministre des Finances. Le contrôleur de l'Etat pointait du doigt de possibles conflits d'intérêts.

jlr/lal/vl