NOUVELLES
31/05/2016 10:12 EDT | Actualisé 31/05/2016 10:12 EDT

À partir de 2017, les garagistes de France devront proposer des pièces détachées d'occasion

In this file dated Friday, Nov. 28, 2014, Bosnian man Oto Novak works on a Fiat 1100 at his garage, in Bosnian town of Tuzla, 100 kms north of Sarajevo. Novak, 63, spends his retirement days restoring his 1959 Fiat 1100 with spare parts he buys on the internet. Despite their high price for his 300 euro Bosnian pension, Novak still pursues his life-long passion, fixing up this old timer car which has taken three years so far. "My first word as a baby was "car". My mum rode a motorcycle when she was seven month pregnant. Dad was a car mechanic. This love for cars must be genetic," he laughs.  (AP Photo/Amel Emric)
ASSOCIATED PRESS
In this file dated Friday, Nov. 28, 2014, Bosnian man Oto Novak works on a Fiat 1100 at his garage, in Bosnian town of Tuzla, 100 kms north of Sarajevo. Novak, 63, spends his retirement days restoring his 1959 Fiat 1100 with spare parts he buys on the internet. Despite their high price for his 300 euro Bosnian pension, Novak still pursues his life-long passion, fixing up this old timer car which has taken three years so far. "My first word as a baby was "car". My mum rode a motorcycle when she was seven month pregnant. Dad was a car mechanic. This love for cars must be genetic," he laughs. (AP Photo/Amel Emric)

À partir du 1er janvier 2017, les garagistes à travers la France devront proposer à la vente des pièces de rechange d'occasion préalablement démontées dans des centres agréés. Cette mesure vise à favoriser l'économie circulaire qui est prévue dans la loi sur la transition énergétique d'août 2015.

Dans un décret, la ministre française de l'Énergie et de l'Environnement, Ségolène Royal, indique que «le professionnel qui commercialise des prestations d'entretien ou de réparation de voitures particulières et de camionnettes permet au consommateur d'opter pour l'utilisation de pièces de rechange issues de l'économie circulaire à la place de pièces neuves».

Cette mesure est prise dans le cadre de la protection de l'environnement et de l'économie de ressources non renouvelables par la reprise de pièces encore fonctionnelles.

Seront concernés les pièces de carrosserie amovibles, les vitrages non collés, les pièces optiques et certaines pièces mécaniques ou électroniques, comme les moteurs, les boîtes de vitesse et les organes de transmission.

Ces produits seront proposés à un prix plus «attractif» par rapport au prix des pièces neuves et commercialisés dans les 1700 centres de traitement de véhicules hors d'usage agréés. La qualité des pièces sera préalablement vérifiée pour éviter un quelconque désagrément.

AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Galerie photoCette maison de rêve comprenant 8 garages est à vendre Voyez les images