NOUVELLES
31/05/2016 09:27 EDT | Actualisé 01/06/2017 01:12 EDT

Argentine - La crise se poursuit à la fédération, minée par les affaires

La crise continue à la fédération argentine de football (AFA): au lendemain de l'annonce par la justice du report de l'élection du président sur fond de soupçons dans la gestion de fonds publics, l'AFA se réunit mardi soir pour déterminer quelle suite donner aux accusations judiciaires.

La lutte pour le contrôle de l'AFA dure depuis presque deux ans et la mort de son dirigeant historique, Julio Grondona, qui a tenu les rênes de la fédération pendant 35 ans, soupçonné de corruption par la justice américaine dans le cadre du Fifagate.

L'élection du successeur du président intérimaire Luis Segura, initialement prévue le 30 juin, devait mettre fin à la crise; mais la justice argentine a annoncé lundi son report, soupçonnant des irrégularités dans la gestion des fonds versés par l'Etat, détenteur des droits télé du football argentin.

Le comité exécutif de l'AFA devait se réunir mardi (21H30 GMT) pour analyser la portée de la décision judiciaire qui inclut la nomination pour 90 jours de deux contrôleurs de l'inspection des fraudes.

A une semaine du début de la Copa America aux Etats-Unis, la rumeur circule même que l'Etat pourrait prendre le contrôle de la fédération. Les médias les plus alarmistes évoquent une possible suspension de l'Argentine, la Fifa ne tolérant pas qu'un Etat s'ingère dans la gestion d'une fédération nationale. Luis Segura, a écarté mardi cette éventualité.

Le président argentin Mauricio Macri, ancien patron de Boca Juniors, a appelé l'AFA à changer, à faire preuve de transparence pour rompre avec un "système obscur, plein de corruption et dominé par des personne qui n'ont rien à y faire".

L'AFA est également sous pression des grands clubs argentins qui réclament un nouveau format de championnat et d'administration des clubs professionnels afin d'accroître leurs gains.

L'AFA gère toutes les compétitions de clubs et les sélections nationales, alors que dans nombre de pays, une entité est chargée de l'organisation du championnat professionnel, comme la LFP (Ligue du football professionnel) en France.

Le ministère argentin de la Justice peut techniquement révoquer les dirigeants de l'AFA et nommer un représentant du gouvernement pour la diriger le temps qu'un scrutin permette de mettre en place une nouvelle équipe, avec le risque que la Fifa suspende la sélection et les clubs argentins de toute compétition internationale pendant ce temps.

ap/ka/ah/adc