POLITIQUE
29/05/2016 02:02 EDT | Actualisé 29/05/2016 03:05 EDT

Le prochain chef du Parti québécois sera désigné le 7 octobre

Le prochain chef du Parti québécois sera désigné le 7 octobre prochain. Réunis en assemblée, les présidents des instances du PQ ont adopté dimanche les règles de la course à la direction du parti.

Le scrutin pour désigner le successeur de Pierre Karl Péladeau, qui a démissioné au début du mois, aura lieu du 5 au 7 octobre, par vote électronique préférentiel. Chaque candidat devra recueillir 1500 signatures et débourser 20 000 $. Le plafond des dépenses par candidat est fixé à 200 000 $, moitié moins que lors de la dernière course.

Deux débats sont au programme, « probablement en septembre », selon le président du parti, Raymond Archambault : un premier à Montréal et un autre dans une région qui sera déterminée par tirage au sort. L'annonce du résultat de l'élection se fera à Québec le soir du 7 octobre.

Alexandre Cloutier, Véronique Hivon, Jean-François Lisée et Martine Ouellet sont les quatre candidats qui se sont lancés dans la course du PQ jusqu'à maintenant.

M. Archambault ne croit pas que le prochain chef manquera de légitimité auprès des membres parce qu'il sera élu par scrutin préférentiel, au lieu d'un vote uninominal à deux tours, comme en 2015. « C'est utilisé à certains endroits dans le monde, a-t-il soutenu en point de presse. Nous l'avons utilisé même au Parti québécois en 2005, au Bloc québécois, aussi. Alors je pense que les militants, les membres, ne seront pas tout à fait étrangers à ce mode de scrutin. »

D'après le président du PQ, la course à la direction coûtera jusqu'à 450 000 $ au parti, un montant non prévu dans le budget adopté en février dernier. « Il n'est pas question pour le moment de couper ailleurs dans le budget du parti », a cependant assuré M. Archambault.

Pour le chef intérimaire Sylvain Gaudreault, ce n'est pas à lui, mais aux candidats, qu'il revient de déterminer la teneur des débats, qu'il s'agisse de l'urgence de l'indépendance, de la mécanique référendaire, ou autre. « Mais il y va certainement y avoir une bonne partie des débats qui vont porter sur la catastrophique gestion de ce gouvernement présentement en place à Québec », a-t-il prédit.

Si le plafond de dépenses a été abaissé, c'est parce qu'un seul candidat avait atteint celui de 400 000 $ durant la course de 2015, a expliqué M. Archambault. « C'est très possible de faire une course qui a du bon sens, en bas de 200 000 $ », a-t-il affirmé, en citant l'exemple de la dernière campagne d'Alexandre Cloutier.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Qui pourrait devenir chef du PQ Voyez les images