NOUVELLES
28/05/2016 13:56 EDT | Actualisé 29/05/2017 01:12 EDT

Ligue des Champions - Le rêve fracassé de Griezmann

Il espérait la consécration d'une première grande finale après sa superbe saison avec l'Atletico mais le rêve d'Antoine Griezmann s'est fracassé sur la barre transversale du but de Navas: le Français n'a pas marqué, il a manqué un penalty et il n'a pas pu empêcher le Real de repartir de Milan en champion d'Europe.

Avec ses 32 buts en 53 matches, Griezmann devait être l'atout offensif N.1 de l'Atletico et il a d'ailleurs été l'attaquant le plus dangereux de son équipe, bien plus que le fantomatique Torres.

Il doit aussi être l'élément offensif en confiance des Bleus à l'Euro, le héros positif d'une équipe de France qui a déjà eu largement son quota de mauvaises nouvelles.

Mais après une saison où tout lui a souri, Griezmann a vu le destin s'inverser: sa frappe violente du gauche sur penalty a été repoussée par la barre du gardien du Real comme on se prend une porte en pleine figure.

On jouait alors la 48e minute et l'occasion était presque inespérée pour des Colchoneros nettement dominés par les Merengue de revenir dans le match.

Son capitaine Koke est venu le réconforter puis Diego Simeone l'a remonté à sa façon, prenant sa tête entre ses deux mains et lui adressant quelques mots avant de lui donner une bonne claque dans le cou.

Alors Griezmann est reparti au combat, avec ses armes, tellement différentes de celles de Diego Costa, celui qu'il a remplacé à la pointe de l'attaque de l'Atletico: ses déplacements, sa finesse technique mais cette fois, pas son adresse infernale devant le but.

Une frappe molle (34e), une autre trop lointaine (39e) et une encore à côté (43e) composaient le bilan de sa première période, celle où il a été le plus dangereux.

- grande douleur -

En prolongation, il s'est aussi illustré par un beau retourné (105e) mais son heure était passée et il avait déjà laissé la vedette à Yannick Ferreira Carrasco, auteur du but égalisateur (79e) célébré d'un baiser de cinéma à sa compagne.

Lors de la séance de tirs au but, Griezmann a eu le courage de se présenter à nouveau face à Navas et à sa barre. Il a réussi sa tentative, d'une frappe un peu moyenne, un peu hésitante, sur la droite du gardien. Mais Juanfran a ensuite trouvé le poteau et les Colchoneros ont perdu, à nouveau.

Samedi soir à Milan, Griezmann a découvert une grande douleur, celle de manquer un geste décisif dans un grand soir.

David Trezeguet, qui sait ce que c'est qu'un avant-centre et qui malheureusement pour lui sait aussi ce que c'est que de mettre un penalty sur la barre dans une grande finale, avait expliqué samedi lors d'un entretien avec l'AFP que Griezmann était "le joueur le plus important de l'Atletico".

"Il est conscient qu'il n'a pas le physique de Ronaldo, mais il est très intelligent, il sait où se placer, il est bien dans le système de Simeone et il a un pied gauche qui lui permet de marquer dans toutes les positions", avait développé l'ancien attaquant des Bleus.

"Antoine, il est en train d'exploser, il montre un niveau de plus en plus élevé. Il aime le haut niveau et il est conscient qu'il est attendu partout", avait ajouté Trezegol.

La barre de Navas a un peu retardé la consécration, mais il reste l'Euro.

stt/el

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!